BFM Business

Les vaccins contre le Covid ont fait 9 nouveaux milliardaires, selon Oxfam

Des flacons du vaccin Pfizer-BioNtech stockés dans un centre de vaccination à Ajaccio, en Corse, jeudi 13 mai 2021

Des flacons du vaccin Pfizer-BioNtech stockés dans un centre de vaccination à Ajaccio, en Corse, jeudi 13 mai 2021 - Pascal Pochard-Casabianca - AFP

Selon l'ONG Oxfam qui s'appuie sur les chiffres du magazine Forbes, la fortune cumulée de ces neuf milliardaires atteint 19,3 milliards de dollars.

Les vaccins contre le Covid ont permis à au moins neuf personnes de devenir milliardaires, dont le PDG français de Moderna Stéphane Bancel, et leur fortune cumulée permettrait de vacciner les pays les plus pauvres, a affirmé jeudi l'ONG Oxfam.

Ces nouvelles fortunes ont émergé "grâce aux profits faramineux des groupes pharmaceutiques qui ont un monopole sur la production de vaccins contre le Covid", estime Oxfam dans un communiqué publié avant un sommet mondial sur la santé du G20, vendredi à Rome. Plus exactement, ces personnalités doivent davantage l'augmentation de leur fortune à l'envolée du cours des actions qu'ils détiennent dans des entreprises pharmaceutiques.

Ces chiffres se basent sur le classement du magazine américain Forbes et sont publiés par la "People's Vaccine Alliance", dont fait partie Oxfam, qui regroupe des organisations et personnalités réclamant la gratuité des vaccins contre le Covid partout dans le monde. La fortune cumulée des neuf milliardaires cités, 19,3 milliards de dollars, "permettrait de vacciner 1,3 fois l'ensemble des pays à faibles revenus", qui "n'ont reçu que 0,2% des vaccins produits dans le monde, notamment en raison de l'important déficit de doses disponibles", selon Oxfam.

"Bien public mondial"

Les deux premières fortunes, qui se détachent du lot, sont détenues par le PDG de Moderna Stéphane Bancel (4,3 milliards de dollars) et le PDG et cofondateur de BioNTech Ugur Sahin (4 milliards). Huit autres milliardaires, dotés de "vastes portefeuilles d'actions" dans des sociétés pharmaceutiques, ont connu une hausse cumulée de leurs patrimoines de 32,2 milliards de dollars.

"Ces vaccins ont été financés par des fonds publics et devraient être avant tout un bien public mondial", estime Sandra Lhote-Fernandes, d'Oxfam France, appelant dans le communiqué à "mettre fin de toute urgence à ces monopoles". La commission européenne a assuré mercredi que l'UE serait "constructive" à l'OMC pour évaluer une levée des brevets de vaccins anti-Covid, voulue par Washington, mais qu'elle proposerait d'abord des mesures permettant d'augmenter rapidement la production.

La veille, les pays africains, européens et d'autres continents ainsi que les organisations internationales présentes à un sommet sur les économies africaines organisé à Paris avaient demandé la levée des brevets des vaccins anti-Covid, pour permettre leur production en Afrique. Mais "des membres clés du G20, notamment le Royaume-Uni et l'Allemagne, continuent de bloquer les initiatives visant à lever les barrières liées à la propriété intellectuelle" sur les vaccins, dénonce Oxfam, qui pointe aussi une "position ambiguë" de la France sur le sujet.

P.L. avec AFP