BFM Business

Les salariés japonais bientôt obligés de prendre leurs vacances?

Les Japonais ont pour habitude de prendre peu de vacances (Images d'illustration)

Les Japonais ont pour habitude de prendre peu de vacances (Images d'illustration) - Jiji Press - AFP

Le gouvernement japonais étudie une loi pour obliger les salariés à prendre un minimum de congés payés chaque année. Les employés nippons ont, en effet, pour habitude de prendre peu de vacances.

Voilà une loi qui risque de ne pas débarquer de sitôt en France. Au Japon le gouvernement travaille sur une loi pour obliger les travailleurs à prendre un minimum de congés payés chaque année. Une proposition en ce sens doit être examinée par le ministère de la Santé nippon, vendredi prochain.

Les travailleurs nippons compulsifs se retrouvent ainsi dans le viseur du gouvernement japonais. Beaucoup de salariés japonais refusent en effet de profiter des 20 jours de congés payés annuels prévus par le code du travail.

En moyenne, les travailleurs japonais ne prennent que moins de la moitié des jours de repos auxquels ils ont droit. Selon un sondage mené par le ministère japonais du Travail en 2013, les Japonais n'utilisent ainsi que 9 des 18,5 jours qui leur sont, en moyenne, accordés.

Certains employés ont même pour habitude de ne prendre aucune vacance, en dehors de 15 jours fériés inscrit dans le calendrier national.

Une question de mentalité: certains japonais développent un sentiment de culpabilité lorsqu'ils s'absentent de leur entreprise pour laisser les autres travailler à leur place.

Un problème de santé publique et de compétitivité

Or les conséquences sur la santé publique sont graves : le surmenage est un vrai problème au Japon. Le mot "karoshi" désigne d'ailleurs spécifiquement les décès dus à un excès de travail.

Pour y remédier, le gouvernement veut donc imposer aux travailleurs de prendre au moins cinq jours de congés payés par an. Une proposition soutenue, sur le principe, par les syndicats et le patronat, même si ces derniers s'opposent sur le nombre de jours de vacances obligatoires. Les syndicats en réclament huit quand les patrons, de leur côté souhaiterait, que l'obligation soit limitée à trois jours, selon des informations de presse.

Au-delà des questions liées à la Santé, les Japonais ont également une productivité souvent jugée faible par les observateurs extérieurs, qui considèrent que cette faiblesse explique en partie le manque de compétitivité des entreprises nippones.

Simon Tenenbaum et J.M.