BFM Business

Volkswagen obtient un prêt de 20 milliards d’euros

Certains analystes ont évalué le coût du scandale Volkswagen à 40 milliards d'euros.

Certains analystes ont évalué le coût du scandale Volkswagen à 40 milliards d'euros. - Paul J. Richards - AFP

Le constructeur allemand a trouvé un accord avec 13 banques en vue d’un prêt relais, destiné à supporter les coûts du scandale des moteurs truqués.

La facture promettant d’être particulièrement salée, Volkswagen prend les devants. Le groupe allemand a ainsi trouvé un accord avec ses banques sur les modalités d'un prêt relais de 20 milliards d'euros, destiné à l’aider à supporter le coût du scandale des émissions entourant nombre de ses voitures diesel, selon Reuters.

Treize banques proposeraient chacune des portions de crédit soit de 1,5 milliard d'euros soit de 2,5 milliards, précise l’agence. Le groupe a déclaré le 23 novembre que les mesures destinées à mettre en conformité en Europe quelque 8,5 millions de véhicules équipés d'un logiciel illégal de contrôle des émissions étaient techniquement et financièrement gérables.

Mais les analystes évaluent à plus de 40 milliards d'euros la facture du scandale des tests d'émissions truqués pour Volkswagen, entre amendes, procès et réparations techniques.

Déjà une provision de 6,7 milliards d'euros

Lors de l'annonce de ses résultats du troisième trimestre, le groupe a annoncé avoir passé dans ses comptes une première provision de 6,7 milliards d'euros pour couvrir les coûts liés au scandale, ajoutant alors que d'autres sommes pourraient être mises de côté.

Les analystes soulignent par ailleurs que le fait de s'assurer de ce prêt bancaire dans la foulée du scandale des émissions permettra à Volkswagen de montrer aux investisseurs qu'il reste un emprunteur à l'assise solide.

De son côté, Standard & Poor's Ratings Services a annoncé avoir ramené de A- à BBB+ sa note de crédit de Volkswagen, maintenant sa perspective négative.

Y.D. avec Reuters