BFM Business

Voitures: Toyota rappelle près de 2 millions de Prius hybrides

Toyota procède à un nouveau rappel par millions de ses véhicules, soupçonnés d'être défaillants.

Toyota procède à un nouveau rappel par millions de ses véhicules, soupçonnés d'être défaillants. - -

Le constructeur japonais a annoncé ce mercredi 12 février une campagne de rappel d'1,9 million de Prius dans le monde en raison d'un défaut lié au système hybride.

Le premier constructeur mondial rappelle près de 2 millions de ses véhicules, a-t-il annoncé ce 12 février. Le constructeur japonais évoque un problème lié au système hybride qui peut entraîner l'arrêt de la voiture. 1,9 million de Prius doivent donc retourner chez les concessionnaires Toyota pour subir une révision.

Ces véhicules fabriqués entre 2009 et 2014, sont répartis entre le Japon (1 million), les Etats-Unis (700.000) et l'Europe (130.000). 15.600 de Prius sont concernées en France. L'intervention dure "environ 40 minutes" et sera "entièrement gratuite pour le client", précise Toyota.

Les modèles hybrides (motorisation essence et électrique) de la marque n'en sont pas à leur première défaillance. En 2012, le groupe avait déjà dû rappeler 2,77 millions de Prius, Corolla et autres Alphard pour un problème de pompe à eau électrique. En octobre de la même année, il avait lancé une campagne de rappel de plus de 7 millions d'automobiles.

Le modèle de production mis en cause

Mais le constructeur est particulièrement échaudé par une vague de rappels de 9 millions de véhicules au total, intervenue entre septembre 2009 et février 2010, essentiellement aux Etats-Unis. L'évènement, lié à des problèmes d'accélérateur et de frein, a provoqué des accidents, parfois mortels.

Plaintes de clients en nom collectif, enquêtes des autorités américaines…l'affaire avait gravement écorné la réputation de Toyota, qui fait désormais preuve de la plus grande prudence. Le Nippon procède à des rappels par milliers, voire par millions, immédiatement, dès un éventuel dysfonctionnement, quelle que soit sa gravité.

Le mode de production du constructeur a souvent été mis en cause dans ces affaires. Pour améliorer sa rentabilité, Toyota Motors, comme ses compatriotes Nissan, Honda ou Mazda, joue la mutualisation. En clair, il utilise certaines pièces invisibles pour le client sur le maximum de modèles. Dès lors, au moindre défaut, le problème prend une ampleur considérable.

N.G.