BFM Business

Vidéo: Une consolidation dans la Défense reste "inéluctable" en Europe

Pour le PDG de DCNS, l'Europe de la Défense, qu'elle soit maritime ou aérienne, se dirige vers une vague de consolidation

Pour le PDG de DCNS, l'Europe de la Défense, qu'elle soit maritime ou aérienne, se dirige vers une vague de consolidation - -

Le mariage avorté d'EADS et BAE Systems aurait été un pas vers une consolidation du secteur européen de la Défense inéluctable, selon le PDG de DCNS, fer de lance de l'industrie de Défense navale française. Mise à jour à 15h00 (vidéo)

Alors que s’ouvre ce lundi 22 octobre le salon maritime Euronaval, le secteur européen de la Défense reste encore marqué par l’échec de la fusion entre l’avionneur européen EADS et le groupe britannique BAE Systems.

Patrick Broissier, PDG du groupe de construction naval français DCNS, était l'invité ce matin de BFM Business. Il décrit le mariage avorté entre EADS et BAE Systems comme "une opération manquée pour l’Europe de créer un groupe de défense international de taille mondiale, qui aurait dépassé Boeing".

Car pour Patrick Broissier, la consolidation des entreprises européennes de Défense est inéluctable."Nous sommes dans un métier où notre marché intérieur est important mais le marché le plus important reste l’international", explique-t-il dans un premier temps.

Se tourner vers les marchés émergents

Et sur ce marché "de nouveaux concurrents arrivent, comme les Chinois, les Coréens ou encore les Indiens. Si l’Europe reste dispersée comme elle l’est actuellement, nous allons perdre nos atouts de compétitivité, nos moyens de développer les produits les plus avancés technologiquement, et donc notre leadership".

Ce marché international est d’autant plus important que, comme le note Patrick Broissier, les dépenses militaires européennes diminuent quand celles de plusieurs pays émergents augmentent. Le PDG de DCNS cite ainsi le Brésil, la Russie ou encore la Chine. Les géants de la Défense aérienne ou maritime doivent donc aller chercher la croissance dans ces pays.

Patrick Broissier indique par ailleurs que son groupe "se prépare" à la future consolidation de ce secteur européen."Ce que nous faisons aujourd’hui en matière de développement, c’est pour être en bonne position lorsque des rapprochements auront lieu", affirme-t-il. L'échec de la fusion entre EADS et BAE Systems ne pourrait donc être qu'un prélude raté à de futures unions dans le secteur.

BFMbusiness.com