BFM Business

Vidéo: L’Etat pose ses conditions au sauvetage de PSA Finance

PSA renonce aux dividents et aux stock options en échange de la garantie étatique

PSA renonce aux dividents et aux stock options en échange de la garantie étatique - -

Le groupe a confirmé ce mercredi 24 octobre qu'il bénéficiera de la garantie de l'Etat pour sauver sa banque. Mais en échange il renonce aux dividendes et aux stock-options. Le gouvernement met également la pression sur le constructeur pour qu'il réduise l'ampleur de ses suppressions de postes. Reportage Vidéo: Emeline d'Harcourt

La banque PSA Finance, qui accorde des crédits aux concessionnaires et aux clients du constructeur automobile, va bel et bien bénéficier d’un plan de sauvetage. Confirmant des informations déjà révélées par la presse, le groupe a déclaré ce mercredi 24 octobre, via un communiqué, que l’Etat Français va lui accorder sa garantie à raison de 7 milliards d’euros.

Cette garantie étatique viendra appuyer les futures émissions obligataires du groupe. L’objectif est d’éviter que PSA Finance ne se retrouve à court de liquidité, car la banque du constructeur ne collectant pas de dépôt, elle est dépendante du marché de la dette pour assurer son financement. Et la récente dégradation de la note de crédit de sa maison-mère par Moody's avait fragilisé les conditions de ses emprunts auprès des investisseurs.

Evidemment, ce soutien sera assorti de contreparties. Le groupe a ainsi annoncé qu’il ouvrira son conseil de surveillance à deux nouvelles personnes : un représentant du personnel et un administrateur "indépendant" chargé d'assurer la "liaison avec l’Etat".

Sous la pression du gouvernement, PSA renonce également à verser des dividendes et des stock-options pendant le laps de temps où il bénéficiera de la garantie de l'Etat.

Les banques également mises à contribution

S’exprimant sur la radio France Inter, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a aussi demandé au groupe au lion de revoir sa copie concernant son projet de 8000 suppression de postes, comprenant notamment la fermeture de l'usine d'Aulnay. Or sur ce dernier point, le directeur financier de PSA, Jean-Baptiste de Chatillon, a bien précisé que l’ampleur de ce plan social dépendra des négociations en cours avec les syndicats du groupe. Un gros point de friction subsiste donc.

A côté de l’action étatique à proprement parler, un pool bancaire va également être sollicité pour fournir 11,5 milliards d’euros de liquidité à PSA Finance dont un milliard d’euros de nouveaux crédits.

Dans la foulée de cette annonce, PSA a publié son chiffre d’affaires pour le troisième trimestre. Celui-ci est ressorti en baisse de 3,9% à 12,93 milliards d’euros.

BFMbusiness.com et AFP