BFM Business

Une alliance PSA/Fiat ? « Pas d’urgence » avance Gallois

Invité sur le plateau de 12, l’Heure H, le président du conseil de surveillance de PSA admet que le rapprochement est « un sujet » mais souligne aussi les bonnes performances des groupes qui ne grossissent pas trop.

Sujet sensible chez PSA. Le groupe français a réalisé une excellent année 2018 si bien qu’on lui prête désormais des appétits d’ogre. Peut-il acquérir Fiat-Chrysler, en grande difficulté ? Une alliance industrielle serait dans les cartons… Pour Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, un tel rapprochement est « un sujet » mais ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour. « Pas d’urgence et pas de nécessité d’aboutir » souligne-t-il. Surtout, PSA semble préférer la compétitivité à la croissance. « Le constructeur le plus rentable, c’est Suzuki qui n’est pas un monstre. Il ne faut pas associer systématiquement la taille et la performance. »