BFM Business

Transports en Ile-de-France: les élus d'opposition dénoncent les incidents à répétition

L'opposition dénonce les incidents dans les transports en commun

L'opposition dénonce les incidents dans les transports en commun - JOEL SAGET / AFP

Dans un rapport rendu public ce lundi, l'opposition de gauche a dénoncé le manque d'accessibilité des transports ainsi que les "dizaines d'incidents techniques" chaque jour.

Des "dizaines d'incidents techniques chaque jour", seulement 9 stations de métro accessibles aux personnes handicapées: l'opposition de gauche a présenté ce lundi un rapport cinglant contre la politique de transports menée par la région Ile-de-France et sa présidente Valérie Pécresse (LR).

"La majorité des personnes en fauteuil roulant ou qui éprouvent des difficultés à se déplacer ne peuvent exercer leur droit à la mobilité", ont dénoncé des élus du groupe Ensemble (socialiste, écologiste, progressiste) dans ce rapport intitulé le "Livre noir des transports en Ile-de-France". "L'accessibilité devrait être une priorité", estiment pourtant ces élus majoritairement socialistes.

"Chaque jour, ce sont des dizaines d'incidents techniques qui provoquent des retards de quelques minutes, ou de plusieurs heures", estiment les élus, citant le cas, entre autres, des "plus de 3.000 passagers coincés pendant des heures" sur la ligne 1 fin juillet.

Nombreuses critiques 

Le rapport rendu public ce lundi est basé sur les données d'une enquête menée depuis septembre par "IDF immobilités", un "observatoire des transports" qui émane du groupe.

Ces élus rappellent également à Valérie Pécresse son engagement à "étudier avec les opérateurs de transports et la préfecture de police de Paris toute mesure permettant de lutter contre les violences faites aux femmes", arguant que "100% des femmes ont été harcelées dans les transports en commun".

Alors que la Métropole du Grand Paris et (LR) et la mairie de Paris ont décidé de mettre en place des restrictions de circulation de véhicules très polluants, les élus regrettent que la région n'en fasse pas davantage dans la lutte contre la pollution et "refuse d'accompagner les Franciliens qui n'ont pas les moyens de changer de véhicule".

Le prix du Passe Navigo stable

Enfin, ils condamnent le non respect d'une règle permettant "aux étrangers qui bénéficient de réduction sur les transports" de jouir de leur droit, ce qui les a contraints pendant deux ans à payer plein tarif leur titre de transport.

À deux jours d'un vote lors de l'examen du budget d'Ile-de-France Mobilités, Valérie Pécresse a annoncé que le prix de l'abonnement du passe Navigo, qui permet de prendre les transports en commun, restera stable en 2019, comme en 2018.

La présidente de région a estimé que cette mesure vise à s'attaquer à "question du pouvoir d'achat" et à "la question de se déplacer", dans un entretien accordé au journal Le Parisien. L'abonnement mensuel du passe Navigo coûte 75,20 euros. 

PauL Louis avec AFP