BFM Business

Sortie de route pour le marché automobile européen

Si les constructeurs automobiles allemands ont les moyens de pratiquer des rabais, il n'en est pas de même pour PSA et Renault.

Si les constructeurs automobiles allemands ont les moyens de pratiquer des rabais, il n'en est pas de même pour PSA et Renault. - -

Le marché européen de l'automobile se contracte. Pour éviter une chute brutale des commandes, les constructeurs pratiquent des rabais importants.

Les mois de baisse s'enchaînent. Et même les constructeurs automobiles allemands commencent à être rattrapés par la tendance. Le mois dernier, les ventes de voitures allemandes ont reculé de plus de 15%. La situation pourrait bien les pousser à multiplier les rabais pour limiter les dégâts.

La priorité du moment est de faire tourner les usines. Et la manière la plus simple de gonfler son carnet de commande, c'est de multiplier les promotions, avec des marges proches de 10%. Les marques allemandes disposent d'une marge de manœuvre considérable.

Officiellement, cette pratique n'est pas d'actualité, mais dans les faits, la grande braderie a déjà débuté. Chez Volkswagen, par exemples, ristourne et taux de crédit très avantageux sont déjà monnaie courante.

Peugeot et Citroën ne peuvent pas s'aligner

Seulement, ces rabais et ristournes en tous genre risquent de faire de gros dégâts. Des marques comme Peugeot et Citroën ne peuvent pas suivre. Le groupe PSA ne peut pas se permettre de s'aligner sur ses concurrents au risque d'aggraver sa situation financière.

Pour Renault, c'est un peu différent. La marque dépend de moins en moins du marché européen. Et puis, dans la galaxie Renault, il y a Dacia, l'offre low cost, particulièrement rentable qui évolue sur un segment sans concurrence.

Mathieu Sévin