BFM Business

SkyTeam, Star Alliance...: les grandes alliances aériennes exhortent les Etats à aligner leurs mesures de voyage

Un millier de bagagistes, agents d'entretiens et autres travailleurs de l'ombre de l'aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle ont défilé sur la plateforme aéroportuaire, durement frappée par la crise du covid

Un millier de bagagistes, agents d'entretiens et autres travailleurs de l'ombre de l'aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle ont défilé sur la plateforme aéroportuaire, durement frappée par la crise du covid - Ian LANGSDON © 2019 AFP

Pour ces organisations, une harmonisation des conditions et des procédures pour prendre l'avion est essentielle pour faire repartir le trafic cet été.

Après plus d'une année noire, le secteur aérien se prépare à un redémarrage cet été, à mesure que la pandémie covid recule et que la vaccination avance. La plupart des grandes compagnies accroissent leurs capacités mais s'inquiètent dans le même temps de l'hétérogénéité des mesures appliquées par les pays.

Malgré la généralisation d'un pass sanitaire, nombreuses sont les disparités de procédures ou de conditions pour prendre l'avion. Les trois grandes alliances de compagnies que sont Oneworld, SkyTeam et Star Alliance (soit les deux tiers de la capacité aérienne mondiale) ont ainsi profité du G7 qui a eu lieu à Londres pour exhorter les Etats à aligner leurs pratiques afin de faciliter la reprise du trafic.

Confusion

"Les voyages aériens internationaux et le tourisme sont vitaux pour l’économie mondiale. Avec des données considérables désormais disponibles pour soutenir les décisions du gouvernement dans la gestion des risques, une action décisive des membres du G7 pour ouvrir les frontières et soutenir des mesures claires, cohérentes et fondées sur les données, éliminerait l’incertitude, en particulier concernant les tests et la quarantaine", peut-on lire dans un communiqué commun.

Les trois alliances estiment que ce manque d'harmonisation d'un pays à l'autre créé "de la confusion et du stress pour les clients et perturbent les voyages". Et formulent plusieurs propositions.

Elles préconisent ainsi l'exemption de quarantaine pour les passagers entièrement vaccinés, de mettre en place des tests covid accessibles, abordables et cohérents et estiment que les passagers en correspondance dans les aéroports ne devraient pas être soumis à des tests supplémentaires ou à des restrictions de quarantaine au point de transfert s’ils restent dans la zone de transit.

Trafic à 52% du niveau d'avant-crise prévu cette année

"La vaccination jouera un rôle clé dans le redémarrage des voyages aériens et du tourisme. Nous demandons fermement aux gouvernements d’accepter la vaccination accréditée comme une raison sûre et appropriée pour éviter les quarantaines. En attendant que la population mondiale soit massivement vaccinée, il est important de disposer de protocoles de test robustes et cohérents, ainsi que de solutions numériques interopérables pour faciliter le parcours client" martèlent les CEO des trois alliances.

Selon les chiffres de l'Association internationale du transport aérien, le nombre de passagers transportés dans le monde cette année devrait représenter 52% du niveau d'avant-crise et monter à 88% en 2022.

La crise du Covid-19 devrait toutefois représenter toutefois une perte de deux à trois ans de croissance sur la décennie, selon les projections de l'Iata.

Avec les progrès de la vaccination, "les gens voudront voyager" et profiter des levées de restrictions de circulation, estime son directeur général Willie Walsh. "Le secteur aérien est prêt, mais je ne vois pas les gouvernements agir assez rapidement" pour faciliter la levée de ces restrictions, tacle-t-il. Comme les alliances, l'IATA plaide également pour une harmonisation des procédures et l'adoption de normes communes.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business