BFM Business

Scandale Volkswagen: les premiers rappels auront lieu "début 2016" en France

-

- - Paul J Richards - AFP

Le groupe a indiqué dans une lettre qu'il commencera "début 2016" à rappeler les véhicules touchés par le scandale des moteurs truqués.

Volkswagen France va commencer à rappeler des véhicules à partir de "début 2016" pour une "correction de logiciel" moteur à la suite du scandale de tricherie aux émissions, selon une lettre à ses clients obtenue jeudi par l'AFP.

"La confiance de nos clients a été mise à l'épreuve. Notre responsabilité en France,c'est d'être aux côtés de nos clients en mettant tout en oeuvre pour regagner cette confiance", a déclaré Jacques Rivoal, président du directoire de Volkswagen Group France, société qui avait indiqué fin septembre que près d'un million de véhicules étaient concernés dans l'Hexagone.

Dans des lettres envoyées au nom de Volkswagen, mais aussi Seat, Skoda et Audi, les autres marques du géant automobile allemand, les responsables VW France rappellent que l'"entreprise a décidé de réaliser une action de service après-vente sur les moteurs diesel EA189 afin de procéder à une correction de logiciel".

Les clients contactés individuellement

"Nous tenons à vous assurer qu'avec l'aide de notre maison-mère, de notre réseau et de nos équipes, nous mettons en oeuvre toutes les mesures possibles pour réaliser cette action de service après-vente dans les meilleures conditions", selon la même source.

Concrètement, VW France va prendre "contact individuellement" avec ses clients concernés. "Nous vous présenterons prochainement en détail le déroulement de cette action qui commencera début 2016", a promis l'entreprise, en soulignant que cette opération serait gratuite et viserait à "réduire au maximum le temps d'immobilisation de votre véhicule".

Même avant ces opérations, "je souhaite avant tout rassurer nos clients sur le fait que leurs véhicules sont techniquement sûrs et en état de rouler", a précisé Jacques Rivoal.

>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur le scandale Volkswagen

J.M. avec AFP