BFM Business

Safran et Air France KLM répareront ensemble des moteurs d'avion

"L'industrie a un avenir en France", a assuré le président François Hollande, lors de la signature à l'Elysée de l'accord par le directeur général de Safran, Philippe Petitcolin, et le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac.

"L'industrie a un avenir en France", a assuré le président François Hollande, lors de la signature à l'Elysée de l'accord par le directeur général de Safran, Philippe Petitcolin, et le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac. - Alain Jocard-AFP

"Safran et Air France KLM créé une usine commune de maintenance de moteurs d'avion dans les Hauts-de-France, devant créer 200 à 250 emplois d'ici 2020."

Réparer ensemble des moteurs d'avions sur un site dédié: c'est la mission que se sont assignés Air France KLM et Safran. Le motoriste et la compagnie aérienne créent une usine commune de maintenance de moteurs d'avion dans les Hauts-de-France, devant créer 200 à 250 emplois d'ici à 2020. La future usine, dans laquelle les deux groupes vont investir plus de 20 millions d'euros, sera basée près de Valenciennes, sur un parc d'activités de la communauté d'agglomération de La Porte du Hainaut, en occupant un terrain de 15.000 mètres carrés. Sa mise en route est prévue fin 2017.

Safran détiendra 51% de la société commune créée à cet effet et Air France-KLM 49%. Les deux groupes sous-traitaient jusqu'à présent l'activité de réparation d'aubes de compresseurs de moteurs d'avion à des fournisseurs à l'étranger, notamment à une filiale de General Electric à Singapour.

Une alliance scellée sous les ors de l'Élysée

La nouvelle usine sera dédiée à cette activité et se concentrera notamment sur les moteurs CFM56 de CFM International (équipant les Airbus A320 et Boeing 737), les GE90 de General Electric (motorisant les Boeing 777) et les GP7200 de Engine Alliance pour les Airbus A380.

Cette alliance a été scellée sous les ors de l'Élysée en raison du symbole incarné par cette relocalisation industrielle et de la présence de l'État au capital des deux partenaires industriels. L'accord a été signé en présence de François Hollande, du directeur général de Safran, Philippe Petitcolin, et du PDG d'Air France KLM, Alexandre de Juniac.

Des salariés licenciés par Vallourec seront embauchés sur le site

La région Hauts-de-France, qui était en concurrence avec les Pays de la Loire pour accueillir l'usine, va engager jusqu'à un million d'euros pour la formation des futurs salariés et l'aide à l'investissement, a souligné son président Xavier Bertrand (Les Républicains).

Les deux groupes ont prévu de reprendre environ 60 salariés du site du fabricant de tubes Vallourec à Saint-Saulve, situé à proximité de leur future usine et touché par de récentes restructurations, a précisé François Hollande. Vallourec, touché de plein fouet par la crise du secteur pétrolier, a décidé d'intensifier ses mesures de restructuration en Europe, affectant plus de 500 emplois supplémentaires en France dont environ 300 à Saint-Saulve, où il a prévu de fermer un laminoir.

Vallourec souhaite éviter les licenciements secs en France en favorisant la mobilité interne, le reclassement externe et les départs en retraite, a rappelé mardi une porte-parole du groupe. "Il va nous falloir beaucoup de projets (comme celui de Safran et Air France-KLM) dans la région, car elle en a sacrément besoin", a fait remarquer Xavier Bertrand à l'issue de la signature.

F.B avec AFP