BFM Business

Renault et Nissan étendent leur alliance aux utilitaires

Carlos Ghosn estime que l'alliance Renault Nissan dans l'utilitaire "va permettre de stimuler les ventes".

Carlos Ghosn estime que l'alliance Renault Nissan dans l'utilitaire "va permettre de stimuler les ventes". - Christophe Simon - AFP

Les deux constructeurs, alliés depuis 1999 tout en restant deux entités séparées, ont annoncé ce mardi regrouper leurs activités de véhicules utilitaires dans une nouvelle division, LCV.

Les constructeurs automobiles Renault et Nissan ont annoncé mardi la création d'une division commune regroupant leurs activités en matière de véhicules utilitaires, afin de renforcer les ventes et les synergies sur ce segment.

"L'alliance se fixe pour objectif d'augmenter ses ventes de véhicules utilitaires dans le monde sur des marchés clés, en bénéficiant pleinement de l'expertise de Renault dans le segment de l'utilitaire léger et du savoir-faire de Nissan dans celui du camion", a indiqué un communiqué de l'alliance Renault-Nissan. Les deux constructeurs "tireront parti de la complémentarité de leurs marchés et produits, dans le respect de l'esprit de l'alliance, tout en conservant leur propre identité de marque, leurs ventes et revenus", poursuit le document.

Une ingénierie commune depuis 2014

Cette division, baptisée LCV, poursuivra par ailleurs "les efforts d'optimisation du développement et de la fabrication croisée et devrait ainsi générer des synergies supplémentaires en matière de coûts et de technologie". Elle sera pilotée par Ashwani Gupta, l'actuel directeur de la division dédiée aux véhicules utilitaires chez Renault et sera opérationnelle à partir du 1er avril.

"L'association entre Renault et Nissan, enrichie d'une nouvelle collaboration bientôt avec Mitsubishi Motors au sein d'une division unique, va permettre à l'alliance de stimuler les ventes et de réaliser davantage de synergies", a commenté Carlos Ghosn, le patron de l'alliance Renault-Nissan, cité dans le communiqué.

Les deux groupes automobiles ont déjà mis en commun leur savoir-faire par le passé en matière de véhicules utilitaires, avec notamment le Nissan NV300, construit sur la plateforme du Renault Trafic ou encore le pickup Renault Alaskan, qui utilise pour sa part la plateforme de Nissan Navara, précise le communiqué. Renault et Nissan partagent depuis 2014 les fonctions ingénierie, fabrication et logistique, achats et ressources humaines. Alliés depuis 1999, les deux groupes sont restés deux entreprises séparées. Renault détient 43,4% du capital du constructeur japonais, tandis que ce dernier contrôle 15% de Renault.

N.G. avec AFP