BFM Business

Qui est Matthias Müller, le DG de Porsche qui va piloter Volkswagen

Pour faire face au scandale, le leader mondial de l'automobile remplace son patron démissionnaire, Martin Winterkorn, par un ingénieur qui a fait toute sa carrière dans le groupe allemand.

Volkswagen tourne la page Winterkorn. Matthias Müller a été nommé ce vendredi 25 septembre le successeur du patron démissionnaire du groupe automobile embourbé dans un scandale tentaculaire de fraude aux tests anti-pollution. Au terme d'une réunion du conseil de surveillance qui a duré une bonne partie de la journée, Matthias Müller jusque-là le patron de la marque Porsche a été officiellement intronisé, et prend ses fonctions immédiatement. 

Avec cette nomination, les administrateurs du numéro un mondial de l'automobile choisissent clairement le changement dans la continuité. Matthias Müller est en effet un pur produit Volkswagen. Né en 1953 en Allemagne de l'Est à Karl-Marx-Stadt (aujourd'hui Chemnitz) cet ingénieur a fait toute sa carrière au sein du groupe.

Il a commencé en tant qu'apprenti chez Audi en 1978, avant de devenir l'un des spécialistes de l'informatique embarqué pour cette marque. En 1983, c'est lui qui était chargé du développement de la nouvelle A3. Le modèle deviendra un best-seller dans les années 90. Matthias Müller se fait alors un nom.

Un patron de transition? 

Martin Winterkorn, qui voit très tôt le potentiel de cet ingénieur, fait de lui l'un de ses proches conseillers, et le propulser en orbite. D'abord chez Lamborghini, puis à la tête de toute la stratégie "produits" du groupe Volkswagen. Un poste qu'il occupe jusqu'en 2010. Trois ans plus tard, consécration, il prend les rênes de Porsche, qui finira par être totalement absorbé par Volkswagen. Sous sa houlette, les ventes de la marque décollent.

Un parcours qui a de quoi convaincre les administrateurs qu'il a aujourd'hui les épaules pour prendre la direction du groupe Volkswagen. A 62 ans, Matthias Muller avait un jour déclaré - sur le ton de la plaisanterie - qu'il était trop âgé pour le poste. Il ne sera peut-être qu'un patron de transition, avec pour mission principale de redorer l'image du groupe. Dans cette perspective, une de ses qualités pourrait lui servir: à la différence de Martin Winterkorn, un ingénieur plutôt froid, Matthias Müller serait abordable et chaleureux.

>> Retrouvez notre dossier sur le scandale Volkswagen

Mathieu Sevin, édité par N.G.