BFM Business

PSA : un nouveau rapport confirme les difficultés financières du constructeur

Selon le cabinet d'experts Secafi, la situation de PSA nécessite des mesures urgentes.

Selon le cabinet d'experts Secafi, la situation de PSA nécessite des mesures urgentes. - -

Le cabinet d'experts Secafi, mandaté par le comité central d'entreprise de PSA Peugeot Citroën, estime que la situation du constructeur est " tendue ". Le groupe brûle 200 millions de liquidité par mois.

La santé financière de PSA Peugeot-Citroën est extrêmement fragile. C’est en substance ce qui ressort de la présentation, ce jeudi 11 octobre, du rapport d’expertise effectué par le cabinet Secafi, à la demande du comité central d’entreprise. Ses conclusions sont très attendues car le processus de restructuration en dépend. Il s‘agit d’évaluer si les décisions prises par la direction de fermer l’usine d’Aulnay et de licencier de 8000 personnes, sont bien justifiées par la situation économique de PSA.

Or, selon Franck Don, délégué CFTC présent lors la réunion de ce matin, les experts ont jugé que la situation financière du groupe est "tendue", et "nécessite des mesures urgentes". Secafi a aussi déclaré que PSA brûle 200 millions d'euros de liquidités par mois.

Cet état des lieux alarmant rejoint les conclusions d’un autre rapport, réalisé par Emmanuel Sartorius à la demande de Bercy. Le haut fonctionnaire y souligne les erreurs stratégiques du groupe, mais conclut, en substance, qu’une restructuration était inévitable.

La CGT voit un appel à amplifier la mobilisation

Si ces analyses sont plutôt bien acceptées par les divers syndicats, la CGT, premier syndicat du groupe, émet toujours des réserves sur la gravité réelle de l’état financier du groupe.

"On est très loin des déclarations alarmistes de la direction PSA, de certains commentateurs et du rapport Sartorius, qui sur la base d'une analyse très superficielle voulait justifier le plan de casse de l'emploi et la fermeture de l'usine d'Aulnay", indique le syndicat dans un communiqué.

La CGT y voit donc un encouragement à "amplifier la mobilisation" afin que PSA revoie à la baisse son plan de restructuration.

Mais l’audit de constructeur n’est pas encore terminé. Le cabinet Secafi n'a présenté à ce jour que le premier volet de son rapport, limité aux aspects économiques et financiers. Un second, analysant l'organisation industrielle, sera dévoilé le 6 novembre. Et un autre portant sur l’aspect stratégique et environnemental est prévu pour le 12 novembre, et enfin un sur l’aspect social pour le 15 novembre.

Coralie Cathelinais et AFP