BFM Business

PSA fermera bien Aulnay en 2014

La situation financière de PSA se détériore

La situation financière de PSA se détériore - -

Le groupe vient d'annoncer, ce mercredi 24 avril, qu'il fermera son usine d'Aulnay en 2014 comme prévu et non en 2013. Il veut par ailleurs ouvrir des négociations sur la compétitivité. Le constructeur tient son assemblée générale ce même jour dans un climat tendu.

Alors que PSA tient son assemblée générale aujourd'hui, mercredi 24 avril, le directeur financier n'excluait pas la fermeture de l'usine d'Aulnay dès 2013 au lieu de 2014 selon l'AFP. La grève qui paralyse le site "pourrait nous obliger" à le fermer dès cette année, a indiqué Jean-Baptiste de Chatillon, à l'occasion d'une conférence d'analystes. Mais dans la matinée, la direction faisait savoir que le site ne fermerait qu'en 2014, comme prévu.

Le groupe annonce d'ailleurs préparer un accord de compétitivité dans ses usines françaises, comme Renault l'a déjà fait. Le groupe compte "démarrer en mai" des négociations.

La journée risque donc d'être chaude pour le groupe. Lors de l'AG, le patron du groupe, Philippe Varin, va devoir convaincre les actionnaires que sa stratégie d'internationalisation peut relancer le groupe. Le point délicat de la matinée risque de concerner la situation financière de l'entreprise.

"Fin 2013, nous aurons divisé par deux la perte de cash mensuel". C'est ce que déclarait Philippe Varin, il y a un an. A l'époque, PSA brulait 200 millions d'euros de trésorerie chaque mois. Selon nos informations, cela serait est loin du compte. La situation s'est même aggraver. PSA perdrait près de 300 millions d'euros chaque mois.

Dépendance au marché européen

En cause toujours, la trop grande dépendance au seul marché européen. Les ventes de PSA ont reculé de pratiquement 70 000 unités entre le premier trimestre 2012 et la même période cette année. Excepté la Chine où PSA gagne de l'argent. La conquête de nouveaux marchés ne portent pas encore ses fruits. Enfin, le plan d'économies dévoilé l'été dernier n'est pas encore complètement appliqué.

Et cela pourrait encore se dégrader. Pour booster les ventes en Europe, plusieurs marques étrangères pourraient multiplier les ristournes. Un scénario catastrophe pour PSA qui ne pourrait pas aligner ses prix pour rester compétitifs.

>> A lire aussi : Notre dossier : l'automobile française en crise

BFM Business.com