BFM Business

PSA: Carlos Tavares reste "prudent" sur la reprise du marché européen

Carlos Tavares n'envisage pas de nouvelle fermeture d'usine avant 2016.

Carlos Tavares n'envisage pas de nouvelle fermeture d'usine avant 2016. - -

Le patron de PSA Peugeot Citroën a rappelé, ce jeudi 3 juillet, que le marché automobile européen restait en deçà de son niveau avant la crise, même si les ventes sont en hausse depuis neuf mois.

Depuis neuf mois, les ventes de voitures sont en hausse en Europe, et les chiffres d'immatriculations publiés cette semaine pour la France confirment cette tendance.

Mais Carlos Tavares, numéro un de PSA Peugeot Citroën, préfère rester prudent. S'il reconnaît qu'il y a bien une reprise, selon lui, "la question est de savoir si c'est durable".

"Au niveau du marché européen, la situation me paraît toujours assez sombre", a-t-il déclaré lors d'une rencontre organisée par le magazine L'Usine Nouvelle, avant d'ajouter: "on ne peut pas parler malheureusement de fin de la crise".

Pour l'instant, le marché reste en effet bien plus faible qu'avant la crise: en 2013, 11,8 millions d'unités ont été écoulées dans les 27 pays de l'Union européenne.

Pas de fermeture d'usine PSA avant au moins deux ans

"Tant que nous n'aurons pas dépassé à nouveau les 16 millions de véhicules vendus au niveau européen par an et les 2 millions en France", soit les niveaux enregistrés avant la crise, "on ne peut pas parler d'une véritable amélioration", a prévenu le patron de PSA.

Il a répété que son groupe n'envisageait pas de fermer de nouvelle usine, après celle d'Aulnay-sous-Bois en région parisienne, avant au moins deux ans. "Fin 2016, c'est notre premier rendez-vous pour mesurer à quel point nous aurons réussi à redresser économiquement l'entreprise", a-t-il rappelé. "C'est à ce moment-là que nous ferons le bilan."

Le dirigeant a dévoilé en avril son plan "Back in the race" pour redresser le groupe, qui a essuyé en 2013 une perte nette de 2,3 milliards d'euros et a vu l'Etat français et le chinois Dongfeng entrer à son capital aux côtés de la famille Peugeot.

J.S avec AFP