BFM Business

Pourquoi Michelin va supprimer 1500 postes malgré ses bons résultats

Dominique Senard, le président de Michelin, était l'invité de BFM Business.

Dominique Senard, le président de Michelin, était l'invité de BFM Business. - BFM Business

Jean-Dominique Senard, le président du fabricant de pneumatiques, était l’invité de BFM Business ce mercredi. Il a défendu la stratégie de l’entreprise clermontoise.

Malgré la hausse des prix des matières premières qui lui a coûté 186 millions d’euros au cours des six derniers mois, Michelin a publié mardi un bénéfice net en hausse de 12%, à 863 millions d'euros.

Une bonne santé financière qui tranche avec l’annonce, le mois dernier, de 1500 suppressions de postes au sein de l’entreprise. Invité de BFM Business, Jean-Dominique Senard, le président du fabricant de pneumatiques, s’en est expliqué ce mercredi.

"La réorganisation de Michelin, on la fait tous les 20 ans, j’espère que celle-là durera longtemps. Elle est nécessaire car on doit être de plus en plus agile dans des marchés incroyablement volatiles", a ainsi affirmé le dirigeant.

"C’est un devoir du chef d’entreprise de le faire"

"Avec tout ce qui est en train d’arriver, c’est-à-dire la digitalisation, la modernisation des outils de travail, etc. Nous savons que dans un an ou deux, un certain nombre de postes ne seront plus justifiables", a-t-il poursuivi.

"Il y a deux solutions. Soit on ne fait rien et dans deux ans la personne concernée se trouve dans une situation inextricable, soit on anticipe. Quand vous pouvez le faire, car beaucoup de gens partent à la retraite en ce moment chez Michelin, et bien vous le faites sans difficultés sociales et sans douleur sociale. C’est un devoir du chef d’entreprise de le faire".

"Dans le même temps nous créons des emplois", a-t-il argué. "Dans le digital, à Lyon, 100 emplois. Dans des imprimantes 3D à Clermont-Ferrand, 200 emplois… Nous ne sommes pas dans la même nature d’emplois, car nous sommes en pleine mutation".

Y.D.