BFM Business

Pourquoi Airbus va construire une usine aux Etats-Unis

L'usine d'assemblage de Mobile produira des appareils de la famille A320

L'usine d'assemblage de Mobile produira des appareils de la famille A320 - -

Fabrice Brégier, directeur général d'Airbus, a posé, ce lundi 8 avril, la première pierre d'une usine d'assemblage aux Etats-Unis. Elle doit permettre à Airbus de jouer sur son rôle d'employeur de main d'œuvre américaine pour augmenter sa part de marché.

Airbus va produire davantage sur les terres de Boeing. Ce lundi 8 avril, le directeur général de l'avionneur européen, Fabrice Brégier s'est rendu à Mobile (Alabama), aux Etats-Unis, pour poser la première pierre de l'usine d'assemblage du groupe, qui concevra des A320.

Le coup d'envoi de la production doit être donné en 2015, Airbus tablant sur des premières livraisons pour 2016, et un rythme de croisière de 40 à 50 appareils par an d'ici à 2018.

Cette usine doit permettre de créer de 1.000 emplois, ce qui a visiblement ravi Robert Bentley, le gouverneur d'Alabama. "Quand les avions d'Airbus prendront leur envol, ils porteront notre fierté et le fruit de notre travail", déclarait-il en juillet dernier, lorsqu'Airbus avait annoncé la création de cette usine.

Airbus va produire davantage sur les terres de Boeing. Ce lundi 8 avril, le directeur général de l'avionneur européen, Fabrice Brégier se rend à Mobile (Alabama) aux Etats-Unis pour poser la première pierre de l'usine d'Assemblage du groupe, qui concevra des appareils de la gamme A320 (A320neo…). Le coup d'envoi de la production doit être donné en 2015 et Airbus table sur des premières livraisons pour 2016, et un rythme de croisière de 40 à 50 appareils par an d'ici à 2018.

Cette usine doit permettre de créer de 1.000 emplois, ce qui a visiblement ravi Robert Bentley, le gouverneur d'Alabama. « Quand les avions d'Airbus prendront leur envol, ils porteront notre fierté et le fruit de notre travail », déclarait-il en juillet dernier, lorsqu'Airbus avait annoncé la création de cette usine.

Dans les faits, si Airbus s'implante en Alabama, c'est aussi pour trois raisons stratégiques

Airbus va produire davantage sur les terres de Boeing. Ce lundi 8 avril, le directeur général de l'avionneur européen, Fabrice Brégier se rend à Mobile (Alabama) aux Etats-Unis pour poser la première pierre de l'usine d'Assemblage du groupe, qui concevra des appareils de la gamme A320 (A320neo…). Le coup d'envoi de la production doit être donné en 2015 et Airbus table sur des premières livraisons pour 2016, et un rythme de croisière de 40 à 50 appareils par an d'ici à 2018.

Cette usine doit permettre de créer de 1.000 emplois, ce qui a visiblement ravi Robert Bentley, le gouverneur d'Alabama. « Quand les avions d'Airbus prendront leur envol, ils porteront notre fierté et le fruit de notre travail », déclarait-il en juillet dernier, lorsqu'Airbus avait annoncé la création de cette usine.

Dans les faits, si Airbus s'implante en Alabama, c'est aussi pour trois raisons stratégiques

> Jouer sur "l'argument local" auprès des compagnies américaines

Dans les faits, si Airbus s'implante en Alabama, c'est aussi pour trois raisons stratégiques. Yan Derocles, analyste financier chez Oddo Securities, spécialiste de l'aéronautique, explique que, pour Airbus, s'implanter davantage aux Etats-Unis permet de faire jouer "l'argument local" auprès du gouvernement américain et des compagnies aériennes, dans l'optique de futurs contrats. "Il s'agit de montrer que EADS et sa filiale Airbus sont de plus en plus américaines".

Car le but, in fine, reste évidemment d'augmenter la part de marché d'Airbus dans ce grand marché que sont les Etats-Unis."Nous n’avons que globalement 17% de parts de marché sur le marché nord-américain où Boeing est fortement implanté. Alors que dans le reste du monde, nous nous situons presque à 50% (...) Nous avons donc un potentiel", expliquait Fabrice Brégier, le 17 janvier dernier à BFM Business.

Dans cette optique, Robert Bentley a largement plaidé en faveur du groupe européen: "Airbus et sa société-mère, EADS, sont des citoyens modèles d'Alabama depuis bien des années et nous sommes ravis à l'idée de perpétuer cette belle relation", se félicitait, en juillet, le gouverneur d'Alabama.

> Se protéger du risque de change

Dans une moindre mesure, en produisant aux Etats-Unis, Airbus va avoir davantage de coûts en dollar, et ainsi être un tout petit peu moins dépendant des variations du cours euro/dollar.

Ce qui, dans le cas d'Airbus, peut toutefois rapidement prendre d'importantes proportions. Arnaud Montebourg lui-même, dans sa croisade contre l'euro fort, a plusieurs fois souligné "qu’une hausse de dix centimes d’euro (par rapport au dollar, ndlr), c’est un milliard de chiffre d’affaires en moins pour Airbus".

> Faire "contrepoids avec les syndicats européens"

Selon Yan Derocles, si Airbus s'implante davantage en Alabama, ce serait également "pour faire contrepoids avec les syndicats européens" et "ainsi pouvoir avoir davantage de marges de manœuvre sur des futurs accords concernant les conditions salariales au sein du groupe".

Airbus base la plus grande partie de sa main-d'œuvre en Allemagne et en France, son siège social étant localisé à Toulouse.Ses effectifs totaux se chiffrent à environ 59.000 personnes.

Julien Marion