BFM Business

Pour Volkswagen, le scandale est le fruit "d'un enchaînement d'erreurs"

Volkswagen a reconnu une série d'erreurs.

Volkswagen a reconnu une série d'erreurs. - Made - Wikimédia - CC

Le groupe allemand a dressé un premier bilan de deux enquêtes menées pour faire jour sur le scandale. Trois facteurs sont à l'origine de cette déconfiture.

Volkswagen commence-t-il à y voir plus clair? Le trucage de 11 millions de moteurs diesel, gigantesque scandale qui a précipité le constructeur dans une situation "tendue", est le fruit "d'un enchaînement d'erreurs" dont les origines remontent à 2005, ont reconnu deux responsables jeudi.

Le trucage systématique ne résulte "pas d'une erreur isolée mais d'un enchaînement d'erreurs qui n'a à aucun moment été brisé", a reconnu devant la presse à Wolfsburg (nord) Hans Dieter Pötsch, président du conseil de surveillance. Volkswagen avait convié la presse pour une séance de questions-réponses pour la première fois depuis l'éclatement de l'affaire en septembre.

La "date de naissance" du "dieselgate" remonte à 2005, quand Volkswagen a lancé une vaste offensive dans le diesel pour le marché américain, a expliqué Hans Dieter Pötsch, présentant un premier bilan des deux enquêtes - une interne, qui devrait être conclue "sous peu", et une commanditée à un cabinet d'avocats américain, qui va se poursuivre jusqu'à l'année prochaine. 450 experts sont ainsi mobilisés pour remonter à l'origine du problème.

D'après les premiers résultats, trois facteurs ont joué, a détaillé Hans Dieter Pötsch: "Des erreurs et manquements individuels de certains salariés dans certains pans de l'entreprise", "des faiblesses dans certains processus", "une attitude de la part de certains qui consistait à tolérer les enfreintes à la loi". Ce dernier point "est celui qui est pour nous le plus difficile à accepter", a-t-il dit. Volkswagen a promis de remettre à plat tous les processus pour éviter qu'un tel trucage ne se reproduise.

D. L. avec AFP