BFM Business

Pour Renault, la chute du marché européen est proche de sa fin

Renault a également annoncé tabler sur un marché européen en baisse de 5% pour cette année

Renault a également annoncé tabler sur un marché européen en baisse de 5% pour cette année - -

Le constructeur automobile a dévoilé, ce mercredi 24 avril, ses résultats pour le premier trimestre, minés par un marché européen plus faible qu'attendu. Son directeur commercial, Jérôme Stoll, estime toutefois que le Vieux Continent "n'est pas loin de toucher son point bas".

Pour Renault, la crise du marché européen fait un peu plus de dégâts que prévu. Le constructeur automobile a ainsi publié, ce mercredi 24 avril, ses résultats pour le premier trimestre de l'année. Des chiffres qui, une nouvelle fois, sont en baisse.

Le chiffre d'affaires du groupe recule ainsi de 11,8% par rapport à la même période de 2012, à 8,265 milliards d'euros. Les immatriculations, au niveau global, diminuent de 4,7% et les revenus tirés de la branche automobile chutent de 12,6% à 7,7 milliards d'euros.

Renault invoque "un contexte européen plus difficile qu’attendu", avec un marché en baisse de 10%, pour justifier ces résultats. L'entreprise dirigée par Carlos Ghosn a d'ailleurs abaissé à -5% sa prévision pour le marché européen, sur l'ensemble de l'année 2013, contre une fourchette de -3 à -5% attendue jusqu'à présent.

Renault maintient ses objectifs pour 2013

Pour le directeur commercial du groupe, Jérôme Stoll, la situation du Vieux Continent ne devrait plus empirer tant que cela. "Le marché européen est difficile et incertain, mais nous pensons qu'il n'est pas loin de toucher son point bas", a-t-il déclaré lors d'une téléconférence avec les analystes.

Par ailleurs, Renault souligne qu'il a réussi à augmenter sa part de marché dans quatre de ses cinq premiers marchés, c’est-à-dire la France, la Russie, l'Allemagne et l'Argentine.

Du coup, le constructeur reste serein et confirme ses objectifs pour l'année 2013: augmenter ses ventes, dégager une marge opérationnelle positive dans la branche automobile et, enfin, réaliser un flux de trésorerie positif, sur cette même branche.

J.M. avec Reuters