BFM Business

Porsche et son Cayenne éclaboussés par le scandale Volkswagen

Les ventes du Cayenne sont suspendues.

Les ventes du Cayenne sont suspendues. - John MacDougall - AFP

La filiale nord-américaine du constructeur a décidé de suspendre les ventes de modèle diesel de son 4x4 mythique. D'après les autorités américaines, il serait équipé du logiciel de trucage.

Le scandale Volkswagen ne semble jamais prendre fin. La filiale nord-américaine de Porsche a décidé de suspendre la vente de modèles diesel de son 4x4 Cayenne "jusqu'à nouvel ordre", après que les autorités américaines ont assuré que ces voitures avaient été équipées de logiciels truqueurs. "Porsche Cars North America a décidé aujourd'hui, au vu de l'avertissement inattendu reçu hier de l'Agence (américaine) de protection de l'environnement (EPA), de suspendre volontairement jusqu'à nouvel ordre la vente de Porsche Cayenne diesel années modèle 2014 à 2016", a indiqué le constructeur dans un communiqué.

"Nous travaillons intensément à résoudre ce problème dès que possible", a-t-il précisé, sans confirmer l'existence ou non de logiciels conçus pour fausser les contrôles antipollution sur ces voitures. Il a indiqué en outre que les véhicules en circulation pouvaient continuer à rouler normalement.

Volkswagen prêt à coopérer

L'EPA avait accusé lundi la maison mère de Porsche, le constructeur allemand Volkswagen, en butte à des accusations de ce type depuis la mi-septembre, d'avoir équipé des modèles diesel haut de gamme de marque Porsche et Audi de logiciels truqueurs.

L'EPA avait notamment mis en cause le Cayenne. Le groupe allemand avait aussitôt rejeté ces nouvelles accusations, tout en se disant prêt à "coopérer pleinement" avec les autorités américaines. Pour la première fois associée au scandale, Porsche s'était dit "surpris" par ces accusations. "Jusqu'à cette notification, toutes les informations que nous détenons montraient que la Porsche Cayenne respectait totalement les normes", avait indiqué lundi la filiale nord-américaine du groupe.

D. L. avec AFP