BFM Business

Lufthansa affiche une perte nette colossale de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre

L'ingénieur allemand est arrivé en Chine en empruntant une avion-charter de Lufthansa.

L'ingénieur allemand est arrivé en Chine en empruntant une avion-charter de Lufthansa. - Boris Roessler - DPA/AFP

La compagnie allemande, qui vient de s'entendre avec le gouvernement allemand pour un sauvetage financier, va monter son offre "jusqu'à 40%" de la normale en septembre, contre 3% en mai. Le groupe annonce une "profonde restructuration" de toutes ses branches.

Le transporteur aérien allemand Lufthansa, qui fait l'objet d'un plan de sauvetage inédit, a fait état mercredi d'une perte nette de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre, et annoncé une "profonde restructuration" de toutes ses branches.

La crise du coronavirus a "pesé de manière inédite sur notre résultat" et "la demande ne va reprendre que très lentement, ce que nous devons contrebalancer par une profonde restructuration" a expliqué le patron, Carsten Spohr, cité dans un communiqué.

Conséquence de cette faible demande, la compagnie prévoit que son offre de vols n'excédera pas 40% en septembre de ce qui était prévu avant la pandémie de coronavirus.

9 milliards d'euros d'aides publiques

Pour traverser la crise, elle a obtenu 9 milliards d'euros d'aides publiques et de crédits garantis en Allemagne, moyennant une entrée au capital de l'Etat et des concessions à la concurrence, exigées par Bruxelles. 

Le premier transporteur européen était déjà mal en point avant la pandémie: sur les trois premiers mois de 2019, il avait accusé une perte de 342 millions d'euros.

"Lufthansa prévoit de faire baisser les coûts nettement par rapport au niveau d'avant la crise", explique l'entreprise, qui a annoncé début avril réduire sa flotte de 100 avions (sur 763) et fermer sa filiale Germanwings.

"Dans les autres branches du groupe, des programmes de restructuration et de baisse des coûts seront également lancés", ajoute Lufthansa, qui dit discuter avec les constructeurs d'avions pour reporter les livraisons.

Lente reprise de la demande

"Sur le moyen terme, nous évaluons la vente de certaines activités qui ne font pas partie de notre coeur de métier", explique-t-il encore. 

Alors que le transporteur allemand n'a offert en mai que 3% du nombre habituel de sièges sur ses vols, il a réamorcé la pompe en juin pour atteindre 2.000 liaisons hebdomadaires.

D'ici septembre, il veut desservir à nouveau 90% des destinations court-courrier habituelles et 70% en long-courrier. Pour autant, Lufthansa s'attend à garder au sol 300 de ses avions encore en 2021 et 200 en 2022, signe qu'il anticipe une lente reprise de la demande.

Au pic de la crise, 700 avions étaient cloués au sol tandis que le nombre de passagers s'est effondré de 98% en avril sur un an.

TL avec l'AFP