BFM Business

Les ponts d'or des compagnies aériennes chinoises pour recruter les pilotes étrangers

Les compagnies chinoises font des offres défiant toute concurrence

Les compagnies chinoises font des offres défiant toute concurrence - AFP

La croissance du marché aérien est si forte en Chine que les compagnies aériennes doivent recruter des pilotes à l’étranger. Et pour les attirer, elles n’hésitent pas à leur proposer des salaires exorbitants.

80.000 dollars (70.600 euros) par mois, c’est le salaire qu’a accepté de payer une compagnie aérienne basée à Pékin pour recruter le pilote dont elle avait besoin. Un salaire sans doute un peu exceptionnel, mais qui montre bien la tension qui règne entre les compagnies chinoises pour trouver les pilotes dont elles ont impérativement besoin. Car le marché aérien croît à très grande vitesse. D’ici 2034, la flotte totale d’avions de ligne basés en Chine va quasiment tripler pour atteindre 7.210 avions, tous modèles confondus, selon les calculs réalisés par Bloomberg.

Et pour chaque nouvel avion exploité, il faut prévoir du personnel de bord. Si le recrutement d’hôtesses et stewards ne pose pas vraiment de problèmes, il en va tout autrement pour les pilotes.

Au rythme actuel des livraisons d’avions neufs, Bloomberg assure qu’elles doivent recruter une centaine de pilotes par semaine. Les Chinois formés dans les écoles du pays ne suffisent donc pas à répondre à leurs besoins. Elles cherchent donc à recruter des pilotes étrangers. Notamment chez le voisin coréen.

Salaires multipliés par cinq

À en croire un chasseur de tête du secteur, cité par Businessinder, un pilote qui exercerait aujourd’hui dans une petite compagnie asiatique peut espérer multiplier son salaire par cinq en acceptant de s’installer en Chine. Dans une récente annonce, la compagnie China Southern, partenaire historique d'Air France, proposait à des pilotes qualifiés pour le Boeing 787 un salaire brut minimum mensuel de 21.000 dollars (18.530 euros) et 225 dollars (199 euros) de plus pour chaque heure de vol au-delà de 180 heures par tranche de deux mois.

À ce tarif, même les Français pourraient être tentés. Air France a certes prévu d’embaucher à nouveau des pilotes. 600 recrutements sont envisagés d’ici à 2020. Mais, les salaires restent, en comparaison, relativement modestes par rapport à ceux que les compagnies chinoises sont prêtes à verser. Cela va de 5.300 euros bruts par mois pour un officier pilote sur son réseau moyen courrier à 19.000 euros pour les commandants de bord des A380.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco