BFM Business

Le portique écotaxe retiré de la vente sur leboncoin.fr

La petite annonce déposée sur le boncoin.fr propose des morceaux de portique en aluminium.

La petite annonce déposée sur le boncoin.fr propose des morceaux de portique en aluminium. - -

Un opposant breton à la future Ecotaxe a déposé une petite annonce, le 16 octobre, pour mettre en vente des morceaux du dispositif qui va servir à suivre les poids lourds. La plaisanterie n'aura duré que 24heures : l'annonce est désactivée.

Les Bretons sont farouchement opposés à l'Ecotaxe poids lourds, qui après 3 reports, doit finalement entrer en vigueur le 1er janvier 2014. Entreprises de transport, acteurs de la filière agroalimentaires et agricoles estiment que ce surcoût va encore aggraver leur situation financière, déjà très affaiblie.

Jean-Marc Ayrault, en visite dans la région ce 16 octobre, a d'ailleurs rappelé que "l'Etat a déjà accordé une réduction de 50% du montant de cette écotaxe et exclu du réseau taxé la route nationale 164, qui est l'axe vital de la région pour le secteur agroalimentaire". Il a aussi précisé que les véhicules agricoles ou "affectés à la collecte de lait" seraient exonérés de cette taxe.

En parallèle des manifestations organisées le 16 octobre, un opposant local a trouvé un moyen original de manifester son opposition : sous le pseudo Bzhmouve, il a déposé une annonce sur leboncoin.fr pour mettre en vente un "portique". Mais 24 heures après l'annonce n'est plus.

Il s'agissait d'un élément qui, placé au-dessus des voies de circulation soumises à la taxe, communique avec les boitiers de géolocalisation embarqués à bord des camions. Ce dispostif est nécessaire car le montant de l'Ecotaxe est caculé en fonction des kilomètres parcourus et varie en fonction du nombre d'essieux et du poids total autorisé en charge (PTAC).

Mise à prix à 2.000 euros

Dans son descriptif le vendeur précise, avec quelques fautes, qu'il s'agit de matériel '" en aluminium pas encore oxydé" sans doute pour attirer les ferrailleurs. Et de préciser que "les morceaux ont été démonté dans la semaine", et "sont à prendre sur aire de repos de Pont-de-Buis-lès-Quimerch, situé entre Quimper et Brest. La mise à prix est de 2.000 euros, la main-d'œuvre pour charger les éléments dans le véhicule de l'acheteur est comprise dans le prix.

Les portiques sont, en effet, la cible des opposants bretons à l'Ecotaxe. Plusieurs ont l'objet de dégradations lors des récentes manifestations en Bretagne.

Mais, selon la gendarmerie du Finistère, interrogée par l'AFP, le portique de Pont-de-Buis mis en vente était "intact", ce mercredi. Et il fait faisait l'objet d'une "surveillance 24 heures sur 24".

En tous cas, la semaine dernière, des manifestants avaient endommagé le portique installé à Melgven, entre Quimper et Lorient. Et le 2 août dernier, celui enjambant la quatre-voies N12 à Guiclan, près de Morlaix (Finistère), avait été abattu par des manifestants.

Coralie Cathelinais