BFM Business

Le mea culpa du patron de Volkswagen aux Américains

-

- - -

Le directeur général du groupe Matthias Müller a présenté ses excuses publiques pour le scandale des moteurs truqués en marge de l'ouverture du salon de l'automobile de Detroit. Et pour montrer sa bonne volonté il a également annoncé un investissement de 900 millions de dollars.

C'est sur un ton bien humble que Volkswagen débute le salon de l'automobile de Detroit. Le directeur général du groupe, Matthias Müller, a ainsi présenté dimanche ses excuses publiques aux Américains pour le scandale des moteurs diesel truqués ayant terni l'image du constructeur allemand.

"Nous sommes conscients que nous avons profondément déçu nos clients, les organes gouvernementaux et le grand public ici aux Etats-Unis", a-t-il, déclaré à Detroit. "Je suis sincèrement désolé. Je m'excuse pour ce qui a mal tourné chez Volkswagen", a-t-il poursuivi, lors de sa première visite sur le sol américain depuis qu'il a pris les commandes de Volkswagen en urgence en septembre. Il a promis que "nous sommes entièrement déterminés à réparer les choses".

Un investissement de 900 millions d'euros

Costume gris sur une chemise blanche et cravate bordeaux à pois, le dirigeant, qui s'exprimait en anglais, a annoncé une refonte en profondeur de la culture interne de Volkswagen et promis un plan stratégique de relance à "l'été".

Alors qu'il doit rencontrer mercredi, à sa demande, la chef de l'agence environnementale américaine de l'Environnement (EPA), Matthias Müller a assuré que les "concepts et solutions" de remise aux normes des 600.000 voitures équipées d'un logiciel truqueur pour déjouer les normes antipollution américaines allaient être "présentés dès qu'ils seront approuvés par les autorités".

L'Autorité de la qualité de l'Air de Californie doit rendre son avis sur les solutions soumises par Volkswagen le 14 janvier. Matthias Müller a assuré que les Etats-Unis restaient un marché important pour le groupe, qui n'y a qu'une part de marché d'environ 3%. "Les Etats-Unis sont et demeurent un marché clé pour le groupe Volkswagen", a affirmé le dirigeant, balayant ainsi les spéculations sur un éventuel départ des Etats-Unis, pour le fabricant des Golf, Passat, Polo et autre Jetta.

Joignant le geste à la parole, il a annoncé un investissement de 900 millions de dollars qui seront consacrés à la production d'ici la fin de l'année d'un 4X4 de ville de moyenne de gamme. Ce projet devrait permettre de créer 2.000 emplois sur le site américain du groupe à Chattanooga (Tennessee, sud) où plus d'un milliard a déjà été investi. La tâche la plus importante pour Volkswagen en 2016 est de regagner la confiance perdue, a souligné Matthias Müller. Le groupe entend notamment "réparer sa crédibilité".

>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur le scandale Volkwsagen

J.M. avec AFP