BFM Business

Le diesel face au désamour des Français

Certaines citadines, comme la 107 de Peugeot, la C1 de Citroen, ou l'Aygo de Toyota (photo), n'existent plus qu'en motorisation essence.

Certaines citadines, comme la 107 de Peugeot, la C1 de Citroen, ou l'Aygo de Toyota (photo), n'existent plus qu'en motorisation essence. - -

Sur les trois premiers trimestres de 2013, la part du diesel a reculé de 20% dans les ventes de voitures, selon les chiffres parus ce 10 octobre. Du jamais-vu.

De moins en moins de véhicules diesels vendus en France. Selon des données Autoactu publiées ce jeudi 10 octobre, la part du diesel dans les véhicules vendus sur les neuf premiers mois de l'année s'est effondrée de 20%. Un phénomène qui touche avant tout le segment des voitures citadines.

L'essence progresse sans cesse. En septembre, les immatriculations de voitures à motorisation essence ont bondi de 25% quand celles qui tournent au diesel ont reculé de près de 5%.

Le gouvernement a orienté le marché

Les explications sont multiples. L'image du diesel s'est dégradée, à présent accusé d'être plus polluant et nocif pour la santé. L'écart de prix à la pompe entre le diesel et l'essence s'est rétréci. Dans le même temps, les motorisations essence ont fait de gros progrès en termes de consommation.

Le gouvernement a aussi orienté le marché vers l'essence, avec cette volonté affichée de rééquilibrer la fiscalité entre les différents carburants. A l'avenir, la tendance devrait encore s'accentuer avec de nouvelles normes de réduction d'émissions de CO2, qui devraient engendrer un surcoût sur les véhicules diesel.

Ces évolutions poussent les professionnels à s'adapter. Sur plusieurs petites citadines, comme la 107 de Peugeot, la C1 de Citroen, ou l'Aygo de Toyota, les constructeurs ne proposent déjà plus que des motorisations essence.

Simon Tenenbaum