BFM Business

L'ex-patron de Bentley réclame des millions d'euros à Volkswagen

Volkswagen pourrait payer des millions à un de ses anciens employés.

Volkswagen pourrait payer des millions à un de ses anciens employés. - Julian Stratenschulte - AFP

Wolfgang Schreiber a porté plainte contre le constructeur allemand. Une querelle qui porte sur des brevets.

L'ancien patron de Bentley et Bugatti, marques du groupe automobile allemand Volkswagen, a porté plainte contre ce dernier. Wolfgang Schreiber réclame dix millions d'euros, a déclaré à l'agence allemande DPA une porte-parole du tribunal de grande instance de Munich (sud). Dans un article à paraître samedi et diffusé dès vendredi, le magazine allemand Spiegel affirme pour sa part que l'ancien dirigeant demande "plusieurs centaines de millions d'euros" devant ce tribunal, soit "la plus forte somme qu'un salarié en Allemagne ait jamais exigé de son employeur".

Sollicité par l'AFP, un porte-parole de Volkswagen a confirmé que Wolfgang Schreiber faisait "valoir envers l'entreprise des prétentions liées à son ancienne activité".

Brevets liés à l'invention de la boîte de vitesse à double embrayage

Wolfgang Schreiber, ingénieur de formation, revendique selon le Spiegel plusieurs brevets liés à l'invention de la boîte de vitesse à double embrayage alors qu'il était à la tête du développement des transmissions de la marque Volkswagen, une division qu'il a dirigée de 1996 à 2003. Il serait clairement identifié comme inventeur sur plusieurs brevets et estime ne pas avoir reçu la gratification financière adéquate, explique l'hebdomadaire.

Le procès doit reprendre en avril après une première phase de négociations ayant eu lieu mi-juillet, d'après DPA.

D. L. avec AFP