BFM Business

L’ancien jet privé d’André Agassi bradé à 700.000 dollars

En attente d'un acquéreur, ce Boeing 727 ayant appartenu à André Agassi voit son prix diminuer.

En attente d'un acquéreur, ce Boeing 727 ayant appartenu à André Agassi voit son prix diminuer. - Montage BFM Business

Ce Boeing 727 dans lequel la star de tennis a parcouru le monde ne manque pas de charme. Pourtant les acheteurs ne se bousculent pas. Car si son aménagement est luxueux, sa remise aux normes s'annonce coûteuse.

Plus cosy que le modèle que celui où a emménagé un ingénieur américain à la retraite, ce Boeing 727 devrait plaire à tous ceux qui rêvent de dormir et se doucher dans leur propre avion. Utilisé pendant quelques années par André Agassi, ce jet privé fêtera l'an prochain ses 50 ans. Il a en effet commencé sa carrière en 1967 sous les couleurs de Pan Am, la mythique compagnie aérienne américaine disparue voici un quart de siècle, avant d'être racheté par les jeans Guess, puis repris par le champion de tennis américain lorsqu'il était le sportif le mieux payé du monde.

Son propriétaire actuel, Classic Designs of Tampa Bay, veut aujourd'hui s'en séparer. Mais il a du mal à trouver preneur. Le jet initialement mis sur le marché à 900.000 dollars a vu son prix réduit de plus de 20%. Le courtier texan mandaté pour la vente, Western Aviation a été autorisé à le céder pour "seulement" 700.000 dollars, soit un peu moins de 650.000 euros. 

5.000 dollars à payer chaque mois pour le stationnement

Sur le papier, la somme peut paraître relativement raisonnable. L'intérieur de l'avion, tout en acajou, est en très bon état. Il a été entièrement rénové en 1998, 14 ans après sa conversion en jet privé. Ce Boeing 727 peut accueillir jusqu'à 23 passagers, en plus de l'équipage. Il comprend une luxueuse chambre à coucher avec un lit queen size, une douche, des toilettes, un coin salon avec un écran plat et une chaîne hi-fi, ainsi qu'un magnifique bar.

-
- © Aircraft 24

Mais cela fait des mois qu'il n'a plus accueilli un passager. L'avion est en effet cloué au sol au Texas (États-Unis). Et cela finit par coûter une petite fortune à son propriétaire. Selon David Fisher, de Western Aviation, la redevance de stationnement s'élève à 5.000 dollars par mois.

500.000 dollars à investir pour qu'il soit aux normes

Si les acheteurs ne se précipitent pas, c'est que cet avion bientôt quinquagénaire coûte cher à l'entretien. "Il faut dépenser encore 500.000 dollars supplémentaires pour que l’avion soit opérationnel" admet le courtier, soit un coût total de près de 1,2 million de dollars.

Si ce Boeing 727 ne trouve rapidement preneur, il sera donc bon pour le marché des pièces détachées. Avec, on l'imagine, de grosses pertes pour le vendeur.

Julien Mouret