BFM Business

L'A380 a de moins en moins la cote auprès d'Air France-KLM

"La compagnie vient de convertir ses deux dernières commandes du gros porteur en trois commandes d'A350."

L'alliance franco-néerlandaise Air France-KLM vient de décider de convertir ses deux dernières commandes du super jumbo en trois A350, d’après les comptes de résultats consolidés du groupe. Il n'a donc plus de commandes ou d'options d'achat sur l'A380. Air France n’en comptera donc qu’une dizaine au sein de sa flotte.

La compagnie estime que le gros porteur est trop difficile à rentabiliser au quotidien. Non seulement les économies sur les coûts d’exploitation promises par le constructeur ne seraient pas au rendez-vous, mais en plus, l’A380 présente quelques soucis de fiabilité. Il nécessite davantage d’opérations de maintenance que d’autres longs courriers. Parfois, lorsqu’un exemplaire est immobilisé à Los Angeles, Air France doit affréter deux autres avions pour rapatrier les 516 passagers que peut transporter au maximum un tel avion.

La compagnie ne les utilise que sur 8 destinations, dont le Paris-New York et le Paris-Shanghaï, sans pouvoir l’amortir sur d’autres lignes. Ce choix de peu faire appel à l’A380 est aussi dicté par la clientèle. Air France a par exemple retiré ce gros porteur d’Airbus de la liaison Paris-Tokyo, les passagers préférant pouvoir choisir entre deux vols quotidiens plutôt qu'un seul.

Mathieu Sevin, édité par A.R.