BFM Business

Kenitra : le grand pari marocain de PSA

Fruit d'un accord signé en 2015 entre PSA et le Royaume du Maroc, l'usine de Kenitra va permettre au groupe de produire au meilleur coût pour l'Europe et la zone Afrique/Moyen-Orient.

Fruit d'un accord signé en 2015 entre PSA et le Royaume du Maroc, l'usine de Kenitra va permettre au groupe de produire au meilleur coût pour l'Europe et la zone Afrique/Moyen-Orient. - FADEL SENNA / AFP

L'usine marocaine de PSA, inaugurée ce jeudi, va permettre au groupe d'accélérer sa production... et de tenter de reconquérir le marché africain et moyen-oriental.

C'est la première nouvelle usine de l'ère Tavares ! Implantée au nord de la capitale Rabat, usine voulue compacte, ultra-moderne, efficiente, avec 2.500 salariés, et une capacité de production théorique de 200.000 véhicules à terme, elle va consacrer l'un des aspects importants de la stratégie impulsée par le patron de PSA : l'internationalisation. Car pour Carlos Tavares, il n'est pas question que de vendre à l'international, il est aussi question d'y produire, et d'y produire plus et à meilleur coût.

Car l'appareil de production de PSA arrive sans doute à une situation de plafonnement. Sur les sites français, on sort d'une année qui a été le théâtre de nouveaux records de production, notamment à l'usine historique de Sochaux. Et à ce titre, le groupe veut prioritairement que la production nationale se concentre sur les modèles les plus haut de gamme, à forte plus-value. PSA doit donc accélérer sur la production de ses sites à l'étranger, qui se voient même confier le lancement de futurs best-sellers. 

Projets porteurs

C'est le cas notamment de l'usine espagnole de Vigo, réputée la plus productive de la galaxie PSA. Elle va, en plus, prendre en charge la production du nouveau SUV Peugeot 2008, très prometteur, dont l'ancienne version a été assemblée pendant 6 ans à Mulhouse, à plus d'1 million d'exemplaires.

L'usine de Trnava en Slovaquie est également une pièce maîtresse pour PSA, grâce à ses coûts de production plus serrés. C'est dans cette usine que vont être assemblée une grande partie des nouvelles compactes Peugeot 208, le best-seller du groupe (2ème voiture la plus vendue de France, 7ème sur le marché européen).

208 « Made In Maroc »

Mais face à ces cadences de production toujours croissantes et à une dynamique commerciale toujours forte, il fallait accélérer aussi sur d'autres zones. C'est ainsi qu'est né le projet d'usine de Kenitra, présenté il y a 4 ans et inauguré aujourd'hui. Un site majeur pour l'avenir de PSA ces prochaines années, à plusieurs titres.

Déjà parce que les voitures qui y seront produites ne seront pas, comme cela peut être le cas dans d'autres usines étrangères, des modèles vieillissants sur le marché européen, et délocalisés pour être recyclés sur d'autres marchés. Kenitra va produire elle aussi la toute nouvelle Peugeot 208, principalement dans des modèles d'entrée de gamme.

Reconquête de l'Afrique et du Moyen-Orient

Des modèles qui seront exportés vers l'Europe, tout comme Renault qui produit la majorité de ses Clio en Turquie et en Slovénie. Les 208 « Made In Kenitra » ont donc de grandes chances de se retrouver sur les routes françaises. Mais Kenitra se veut aussi une plate-forme parfaite pour reconquérir les marchés africains et moyen-orientaux.

Cette zone a été précisément un des points noirs de PSA l'année dernière, puisque les ventes y ont plongé de plus de 50%, en raison de l'arrêt de la production et du partenariat PSA en Iran, avec en toile de fond les sanction économiques américaines. PSA, grâce à l'usine de Kenitra, peut donc espérer reconquérir efficacement une zone où il a historiquement toujours été fort.

Le groupe n'y manque d'ailleurs pas d'ambition, et prévoit même un marché en croissance ces prochaines années. D'un peu plus de 4,5 millions de véhicules par an fin 2018, PSA voit un horizon à 6 millions de véhicules en 2025. Et la 208 marocaine ne sera pas le seul fer de lance de cette volonté de reconquête : le groupe compte lancer une vingtaine de nouveaux modèles sur le marché Afrique/Moyen-Orient ces deux prochaines années.