BFM Business

Jaguar s'électrise pour rester dans la course

-

- - Jaguar

Absent des grilles de départ depuis 2004, le constructeur britannique va faire son retour dans le sport automobile en prenant part à la saison 2016-2017 du championnat de Formule E.

Retour aux sources pour Jaguar. Imprégnée d'une longue histoire en sport automobile, et plus particulièrement en endurance, la marque - qui évoluait jusqu'en 2004 en Formule 1 avant de céder sa place à Red Bull Racing - a choisi de revenir dans la course en s'engageant dans une discipline nouvelle, peu médiatisée, mais beaucoup plus respectueuse de l'environnement que la F1.

Le constructeur britannique, dont les modèles de série sont plutôt typés "haut de gamme", prendra donc part dès la saison prochaine (2016-2017) au championnat de Formule EUne compétition qui se déroule sur des circuits éphémères tracés dans les grands centres urbains et uniquement réservés à des monoplaces 100% électriques. 

-
- © Jaguar

Ainsi, à l'image des marques françaises Renault et DS (groupe PSA), d'Audi ou encore des Indiens de Mahindra, Jaguar rejoindra le club des constructeurs agissant activement pour la promotion des véhicules électriques. Mais, au-delà des performances sportives, ces marques cherchent avant tout à montrer qu'elles maîtrisent des technologies potentiellement transposables sur des modèles de série.

La Formule E "réagit aux nouvelles tendances"

Pour mener à bien son projet, Jaguar s'est rapproché d'un partenaire de confiance, Williams Advanced Engineering, avec qui la marque a déjà élaboré un concept car, le C-X75. Williams est également un acteur bien connu du monde de la Formule E, puisque la société fournit déjà aux diverses écuries les batteries équipant les monoplaces.

Nick Roger, le directeur de l'ingénierie du groupe Jaguar-Land Rover, estime que participer à ce championnat est bénéfique à long terme. Selon lui, "la formule E donne une opportunité unique de développer des technologies avancées dans le domaine de l'énergie électrique" et ce "dans des conditions de performance extrême".

Nick Roger est également "persuadé que "dans les cinq prochaines années", le monde automobile "va connaître plus de changements que lors des trois dernières décennies". Il admet également que les véhicules électriques "ont un rôle à jouer dans l'avenir de la gamme" du constructeur britannique.

Antonin Moriscot