BFM Business

Ile-de-France: la nouvelle hausse du Passe Navigo se précise

Le prix du Passe Navigo devrait augmenter.

Le prix du Passe Navigo devrait augmenter. - ELIOT BLONDET / AFP

Le syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) et la présidente de la région, Valérie Pécresse, ont affirmé qu'une nouvelle hausse du Passe Navigo sera nécessaire pour financer le Grand Paris Express.

Cela semble inévitable. Augmenter le Passe Navigo pour financer les nouvelles offres de transports et le futur Grand Paris Express sera une nécessité, ont acté ce mardi les participants à une table ronde organisée par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif).

En introduction, Valérie Pécresse, présidente LR de la région, a souligné que la rénovation du matériel roulant (707 rames de trains ou RER neuves ou rénovées d'ici 2021, 1.000 bus neufs mis en service), le développement de la "smart région" (digitalisation des titres de transport, déploiement du wifi et de la 4G dans les transports), et le renforcement de la sécurité (vidéo-surveillance, etc.), constituaient "un gros défi". De même, l'exploitation du Grand Paris Express, futur métro automatique en rocade qui entrera en service en 2023, est "un super challenge", qui coutera "1 milliard d'euro" par an au Stif, a-t-elle dit.

"Il faut réfléchir comment on finance sur le long terme, et comment on arrive à une tarification la plus juste possible", a-t-elle insisté. Elle a également annoncé la création d'un comité sur l'amélioration de la qualité de service, présidé par l'ancien président de la RATP Jean-Paul Bailly. 

"Inévitable"

Le cabinet Ernst and Young a souligné que les contrats d'exploitation liant le Stif à la SNCF et la RATP représentaient 90% des dépenses de fonctionnement et que les charges du Stif augmentaient chaque année d'environ 3%. Les recettes liées à la tarification représentent 27% des dépenses de fonctionnement et diminuent, alors que le Versement transport (taxe pour les entreprises), augmente régulièrement de 4 à 6%. Et l'encours de la dette "va augmenter massivement d'ici 2030", a dit le cabinet d'audit. 

Pour le professeur Yves Crozet, spécialiste de l'économie des transports, "accroître la participation des usagers c'est inévitable", d'autant qu'accroître encore le Versement transports pénalise "l'attractivité de la région". Il a évoqué également, parmi les autres ressources possibles, la taxation des plus-value immobilières, les péages routiers et la réduction des coûts d'exploitation.

"Il y a fort à parier que la tarification subisse une nouvelle hausse, à l'image de celle de la TICPE régionale ou du versement transport...", a dénoncé dans un communiqué le groupe FN. "Une nouvelle augmentation serait une véritable attaque contre le pouvoir d'achat des Franciliens", a déploré le Front de Gauche, plaidant pour "une augmentation du versement transport dans les zones les plus riches et une baisse de la TVA transport à 5,5%".

P.L avec AFP