BFM Business

Fusion EADS/BAE: les négociations reprennent

Fusion EADS/BAE: les négociateurs tentent de sortir de l'impasse

Fusion EADS/BAE: les négociateurs tentent de sortir de l'impasse - -

Les négociateurs tentent de faire repartir les pourparlers sur le projet de fusion. Mais les différents intérêts stratégiques des Etats posent problèmes.

Reprise des négocations dans l'affaire BAE-EADS? Il semblerait que ça soit le cas. Les négociateurs doivent tenter ce samedi 6 octobre de sortir de l'impasse et relancer les pourparlers entre l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne sur la fusion entre l'avionneur EADS et le fabricant d'armes britannique BAE Systems.

Ils planchent sur les garanties demandées par les Etats quant au maintien des sites, de l'emploi et de la recherche sur leur sol. De même, ils travaillent à renforcer la protection du secret des activités stratégiques des Etats. "Ces questions sont bien avancées mais 99% d'un accord ce n'est pas un accord", a déclaré la source proche d'EADS.

Les représentants des trois Etats ne sont pas parvenus à s'entendre vendredi sur leur participation au capital de la nouvelle entité, qui formerait un géant mondial de l'aéronautique et de la défense loin devant l'américain Boeing.

Le président François Hollande a invité les deux groupes à régler eux-mêmes le problème avec Berlin, dans une brève déclaration vendredi soir à Malte. "Nous avons dit, nous, ce que nous considérons comme des conditions. Après, ce sont aux entreprises de continuer leurs pourparlers ou leurs négociations en connaissant la position de la France à la fois en terme de présence au capital, de localisation des sièges et de protection de notre industrie de défense".

EADS et BAE ont d'ailleurs réaffirmé qu'ils comptaient toujours parvenir à un accord d'ici le 10 octobre, date fixée par la réglementation boursière britannique. Mais des sujets de discordes demeurent.

L'Allemagne veut monter au même niveau de capital que la France

Selon ce qu'ont dévoilé des sources proches des négociations à l'AFP, l'Allemagne entend monter au capital de la future société au même niveau que la France, l'autre grand Etat actionnaire de l'actuel EADS, soit 9%. "L'Allemagne veut le droit d'acquérir le même nombre d'actions que la France, pour des raisons psychologiques", a déclaré une de ces sources.

La Grande-Bretagne est prête à accepter cette participation des deux Etats à condition que la France s'engage par écrit à ne pas acquérir les parts que le groupe de médias français Lagardère à l'intention de vendre à moyen terme.

Or, selon cette source, "les Français disent: nous n'avons pas l'intention de racheter les parts de Lagardère mais nous ne vous donnerons pas une garantie écrite".

La Grande-Bretagne, qui se contentera de "l'action spéciale" proposée à chacun des trois Etats pour éviter toute prise de participation hostile, cherche à convaincre ses deux partenaires de rester en dessous de 10% des actions.

Tout comme EADS et BAE, elle considère qu'une présence étatique trop importante au capital de la nouvelle société lui fermerait la porte du marché américain de la défense, les Etats-Unis se méfiant des entreprises publiques.

L'Allemagne veut le siège de la nouvelle entité

Mais ce n'est pas la seule pomme de discorde, selon une source proche d'EADS. L'Allemagne insiste toujours pour obtenir le siège de la nouvelle entité, "une demande déraisonnable parce que le choix du siège de la maison est une décision économique", estime-t-on chez EADS.

Tom Enders, le patron d'EADS, a décidé cette année d'établir son quartier-général à Toulouse (sud-ouest de la France), siège d'Airbus, et "il n'est pas homme à revenir sur sa décision", a commenté un expert proche des négociations. BAE, elle, maintiendra son siège en Grande-Bretagne.

Diane Lacaze et AFP