BFM Business

Flixbus veut chambouler les voyages en autocar

-

- - Flixbus

La start-up allemande part à la conquête du marché français en annonçant l'ouverture de ses premières lignes au départ de Paris. Sa recette : gérer la billetterie, le réseau de lignes, mais faire appel à des autocaristes partenaires pour assurer les trajets.

Avec la libéralisation du transport en autocar bientôt autorisée par la loi Macron, les opérateurs comme Eurolines ou iDBUS sont dans les starting blocks. Mais ils ne seront pas seuls : un nouveau venu annonce son arrivée ce 19 mai sur le marché français. Flixbus inaugure le 21 mai trois lignes internationales au départ de Paris : Amsterdam, La Haye et Maastricht. Et souhaite ouvrir une trentaine de lignes interrégionales d'ici un an.

L'objectif est d'avoir un réseau national, qui comprend certes des grands classiques comme Paris-Lyon. "Mais aussi des liaisons latérales est-ouest, comme Bordeaux-Clermont-Ferrand, ou bien Narbonne-Marseille ou Toulouse. Mais on va aussi aller dans les montagnes où le train ne peut pas aller", explique Pierre Gourdain, directeur général de Flixbus France sur BFM Business. 

Le principe de cette start-up allemande: gérer la billetterie, le réseau de lignes, le marketing, le service après-vente. Mais en revanche, elle ne possède aucun bus en propre. "On met en relation des autocaristes. Ces propriétaires de cars peuvent être des entreprises familiales de moyenne et de petite taille, parfois ce sont même des personnes qui achètent des cars pour travailler avec nous. Ou bien ce sont des entreprises un peu plus grandes qui ont 50 ou 100 cars", détaille Pierre Gourdain. Ainsi en Allemagne, l'entreprise a séduit 178 partenaires depuis sa création il y a 4 ans.

Uniquement des bus récents avec wi-fi à bord

Quel est l'intérêt pour un propriétaire de rejoindre cette plate-forme ? " Flixbus leur donne une puissance de feu. On est en train de parler avec beaucoup d'acteurs en France. On leur permet de jouer dans la cour des grands, de monter sur scène et de profiter de ce marché qui ne devrait pas être laissé aux grands acteurs", argumente Pierre Gourdain.

Le cahier des charges que Flixbus impose à ses partenaires est très circonstancié. L'autocar doit être neuf ou très récent, proposer du wi-fi à bord, être suffisamment spacieux pour les jambes, avec des toilettes propres. Autant de critères qui permettent aux passagers de faire les trajets dans le plus grand confort. Tous les cars sont repeints aux couleurs de Flixbus, à savoir vert avec quelques touches d'orange.

Flixbus a défini une politique de prix très concurrentielle. Avec des tarifs pour chaque liaison (aller simple) qui oscille entre 20 et 30 euros, Flixbus a su capter 70% de parts de marché de l'autre côté du Rhin. Elle se donne deux ans pour devenir leader du secteur en France et prévoit déjà la création d'un millier d'emplois directs. Et elle est certaine que les Français vont, comme les Allemands, devenir des adeptes de l'autocar.

H.C. avec C.C.