BFM Business

États-Unis: Volkswagen rachèterait 20% des voitures truquées

Les États-Unis intentent une action judiciaire contre Volkswagen et ses filiales Porsche et Audi pour "violation" des lois américaines antipollution. Matthias Müller, patron du groupe, se rendra aux États-Unis la semaine prochaine pour rencontrer "des dirigeants politiques".

Les États-Unis intentent une action judiciaire contre Volkswagen et ses filiales Porsche et Audi pour "violation" des lois américaines antipollution. Matthias Müller, patron du groupe, se rendra aux États-Unis la semaine prochaine pour rencontrer "des dirigeants politiques". - Ralf Hirschberger - DPA/AFP

Nouvelle conséquence du scandale Volkswagen: le groupe allemand devrait proposer aux clients américains de racheter ou d’échanger 115.000 voitures concernées par le scandale des moteurs truqués, soit 20% du parc concerné.

L’information lancée par le Süddeutsche Zeitung ouvre un nouvel épisode dans le scandale des moteurs truqués de Volkswagen. Selon le quotidien allemand, le groupe s’attend à plus qu’une amende infligée par le gouvernement américain. Il s’attendrait à devoir faire un geste vis-à-vis de 115.000 clients lésés en rachetant aux propriétaires leur véhicule ou en l’échangeant contre un autre modèle de la marque… "avec un très fort rabais".

Contactés par l’AFP, les responsables du groupe Volkswagen n’ont pas souhaité confirmer ces informations. De son côté, le Süddeutsche Zeitung cite une source interne du constructeur. Le journal ne dit pas non plus pourquoi ces mesures ne concerneraient que 20% des véhicules achetés par des clients américains.

En septembre dernier, Volkswagen a avoué avoir installé dans le moteur diesel de ses voitures un logiciel permettant de fausser les résultats des tests antipollution. Ce scandale, appelé Diesel Gate, qui a éclaté aux États-Unis pendant le salon de l’automobile de Francfort concerne des modèles Volkswagen, mais aussi Audi et Porsche, marques haut-de-gamme appartenant au même groupe allemand.

Une remise aux normes des moteurs européens

En Europe, Volkswagen va procéder à une remise aux normes des moteurs à partir de ce mois-ci, au moyen d'une manipulation du logiciel ou de l'installation d'une pièce sur le moteur. L'opération, peu complexe, devrait nécessiter une intervention de moins d'une heure chez le garagiste et coûter au total environ 500 millions d'euros au constructeur pour quelque 8,5 millions de véhicules équipés du logiciel truqueur.

En revanche, pour les États-Unis, où les normes sont plus strictes sur les émissions concernées d'oxydes d'azote (NOx), le groupe est toujours en négociations avec les autorités sur une solution qui remédiera au problème sans affecter la performance des moteurs ou la consommation des véhicules.

À mesure que le temps passe sans présentation d'une solution technique, l'hypothèse d'un rachat pur et simple de certains véhicules ne pouvant être remis aux normes tout en maintenant leurs performances gagne en crédibilité.

Les États-Unis ont annoncé lundi avoir intenté une action judiciaire contre Volkswagen et ses filiales Porsche et Audi pour "violation" des lois américaines antipollution, qui pourrait coûter au groupe au moins 20 milliards de dollars.

Le nouveau patron du géant aux douze marques, Matthias Müller, sera aux États-Unis la semaine prochaine et devrait rencontrer "des dirigeants politiques", indique le constructeur sans plus de détails.

Pascal Samama avec AFP