BFM Business

Dépôt de bilan de Mory Ducros: le casse-tête du gouvernement

Mory Ducros pourrait notamment être aidé par le FDES.

Mory Ducros pourrait notamment être aidé par le FDES. - -

Le dépôt du bilan du transporteur, qui interviendra mardi 26 novembre et pourrait menacer 5.000 emplois, constitue une difficulté de plus pour l'exécutif. Ce dernier, pour le moment, réfléchit à la suite à donner à son action.

Alors que les chiffres du chômage pour le mois d'octobre seront connus jeudi 28 novembre, un nouveau dossier social épineux s'est abattu sur le gouvernement.

Vendredi 22 novembre le transporteur Mory Ducros a annoncé qu'il déposera le bilan le 26 novembre prochain, menaçant l'avenir de 5.200 emplois directs et environs 2.000 postes supplémentaires de sous-traitants. Il s'agit tout simplement de l'un des dépôts de bilan les plus lourds depuis la faillite de Moulinex, en 2001.

L'exécutif a promis d'agir. Mais dans les faits sa marge de manœuvre est étroite.

> Une reprise globale de l'entreprise

Le gouvernement était inquiet de la situation de Mory Ducros bien avant son dépôt de bilan. Le Monde révélait début novembre que le dossier traînait depuis plusieurs semaines sur les bureaux du CIRI, le Comité interministériel de restructuration industriel, bras armé du ministère du Redressement productif à Bercy.

D'où la déclaration d'Arnaud Montebourg qui, vendredi soir, a affirmé avoir reçu "des manifestations d'intérêts" à l'attention de Mory Ducros mais pas de "proposition" ferme de reprise.

"Nous avons besoin d'obtenir qu'un repreneur se manifeste et propose la reprise de l'activité", a-t-il commenté Arnaud Montebourg. Le but est de "faire en sorte que le repreneur (potentiel) reprenne un nombre le plus important possible des sites et les emplois en plus grand nombre possible attachés à ces sites", a-t-il poursuivi.

> Une reprise site par site

C'est la deuxième piste évoquée par Arnaud Montebourg. "Notre deuxième action, ce sont des reprises locales, site par site. (...) J'ai convoqué avec Frédéric Cuvillier (ministre des Transports) les préfets de région, ils seront présents mardi à Bercy pour étudier l'ensemble des situations".

La tâche s'annoncerait assez ardue quand on sait que le réseau de Mory Ducros est dense, avec pas moins de 85 antennes sur tout le territoire. Les surcapacités d'activité sont d'ailleurs une des raisons qui ont conduit l'entreprise au dépôt de bilan. De plus, Arnaud Montebourg a indiqué "préférer une reprise globale".

> Une intervention du FDES

Cela pourrait être une solution à part ou complémentaire d'une des deux précédentes. Arnaud Montebourg pourrait activer son "plan de résistance économique" qu'il a présenté le 13 novembre dernier en Conseil des ministres. Celui-ci comprend 300 millions d'euros alloué au Fonds de développement économique et social (FDES), une structure créée en 1955 pour, à l'origine, soutenir la reconstruction économique de l'après-guerre.

Cette enveloppe doit permettre d'aider les entreprises qui traversent une mauvaise passe, mais qui ne sont pas encore condamnées pour autant. Le 13 novembre, Arnaud Montebourg avait d'ailleurs cité Mory Ducros comme un candidat potentiel. Il l'a encore réaffirmé vendredi

La question est de savoir si Mory Ducros peut vraiment relever la tête. Car Arnaud Montebourg avait bien précisé que le FDES s'adresse à des sociétés "avec des perspectives de rebond, de reprise et de viabilité".

La capacités de prêt du FDES , soit 380 millions d'euros au total, doit ainsi être comparée avec le lourd endettement du groupe, qui atteint 203 millions, selon les comptes de l'entreprise consultés par l'AFP. De plus, Arnaud Montebourg lui-même a relevé que la société a perdu 65 millions d'euros en 2012, "et en 2013, 5 millions d'euros par mois".

Julien Marion