BFM Business

Coronavirus: la fermeture d'une usine italienne fait trembler l'industrie automobile européenne

Une usine Renault en France

Une usine Renault en France - Ludovic Marin- AFP

L'équipementier MTA a annoncé, ce mardi, la fermeture de son usine de production de Codogno, "jusqu'à nouvel ordre". Or, cette entreprise italienne fait partie des fournisseurs des principaux constructeurs mondiaux.

En Europe, l'épidémie de coronavirus commence à prendre une forme très concrète, sur le plan économique. Ce mardi, l'équipementier italien MTA a annoncé la fermeture de son site de production de Codogno (Lombardie) en raison de l'épidémie qui sévit notamment dans le nord du pays.

Le problème, c'est que ce coup d'arrêt risque d'avoir de fortes répercussions sur le secteur de l'automobile en Europe. L'usine fournit les principaux constructeurs de Fiat Chrysler (FCA) à Renault.

"L’absence de livraison des marchandises entraînera, en effet, l'arrêt des trois lignes de production de FCA Mirafiori, Cassino et Melfi ainsi que celles de Sevel dès le 26 février", indique MTA dans son communiqué. "À partir du 2 mars, toutes les autres usines de FCA en Europe et celles de Renault, BMW et Peugeot pourraient également fermer."

Face à cette menace, MTA a demandé aux autorités italiennes "de pouvoir autoriser 10% de son personnel (environ 60 personnes) à reprendre les activités de production" explique l'entreprise. "MTA a déjà traité l'urgence COVID-19 dans son usine de production chinoise de Shanghai, et connaît donc toutes les procédures nécessaires pour continuer la production en assurant la sécurité de ses salariés."

Faut-il craindre ce scénario catastrophe? Selon les informations de BFM Auto, une réunion est organisée ce mardi soir chez Renault pour évaluer réellement les risques encourus, et organiser une éventuelle solution de repli, si celle-ci est possible.

De son côté, le patron de PSA Carlos Tavares s'est montré rassurant. "Pour l'instant, nous avons sous contrôle la question des approvisionnements, pour l'instant ça se passe bien" assure-t-il sur BFM Business. "C'est une situation qui se présente pour tous les constructeurs automobiles pas que devant PSA et nous avons développé, compte tenu de toutes les situations que nous avons vécues une capacité de concentration, de travail en équipe et d'agilité qui je crois va nous aider par rapport aux autres".

Thomas Leroy