BFM Business

Collision de trains en Belgique : que s'est-il passé ?

-

- - -

Erreur humaine ou matérielle... Au lendemain de l'accident de trains qui a fait 18 morts en Belgique, les hypothèses se mêlent à la colère des riverains.

18 morts et 95 blessés, c'est le bilan quasi-définitif de la collision entre deux trains hier lundi en banlieue de Bruxelles, près de la ville de Hal. La pire catastrophe ferroviaire depuis 36 ans en Belgique.

Feu rouge grillé ou panne d'électricité ?

L'heure n'est pas aux certitudes, et les questions sont encore nombreuses ce matin. S'agit-il d'une erreur humaine ou matérielle ? Autrement dit, et comme croit le savoir le gouverneur de la province, est-ce qu'un conducteur a brûlé un feu rouge ? Ou bien y-a-t-il eu défaut de signalisation, peut-être à cause d'une panne d'électricité ? Des hypothèses qui devraient pouvoir rapidement être mises au clair, puisque les deux trains qui sont entrés en collision, possèdent chacun des « boîtes noires » - comme dans les avions. Le travail d'extraction de ces boîtes commencera dans la journée, a précisé la magistrate chargée du dossier.

Un accident qui en rappelle un autre...

Certes, le bilan aurait pu être encore plus lourd, beaucoup d'enfants empruntant habituellement cette ligne, le matin vers 8h30. Or, actuellement dans la région, on est en vacances scolaires. Mais les Belges ce matin, sont consternés et souvent en colère. Un accident similaire avait déjà fait 8 morts il y a 9 ans.
Michel Vanderville, l'un des riverains de la voie ferrée où s'est produite la nouvelle catastrophe, trouve que les pouvoirs publics belges ne font pas leur travail : « nous sommes un petit pays, avec une légion espagnole de politiciens, qui se chamaillent au Sénat et au Parlement, pour des peccadilles... Mais ceci, des choses prioritaires, voilà ce qui arrive ; on ne prend pas des décisions, on se regarde l'un l'autre... Et ça - je suis désolé du terme -, c'est dégueulasse ! »

Ce mardi, le trafic reste interrompu sur l'axe Paris-Bruxelles, aucun Thalys ne circulera entre les deux capitales.

La rédaction, avec François-Xavier Ménage