BFM Business

Ces sièges d'avion sont capables d'identifier les passagers stressés

Les compagnies aériennes veulent réduire le stress des passagers ( image d'illustration).

Les compagnies aériennes veulent réduire le stress des passagers ( image d'illustration). - Olivier 89- CC

Pour de nombreux passagers, prendre l'avion est synonyme d'angoisse. Grâce aux FlightBeat, les compagnies aériennes peuvent suivre tout au long du vol l'état de stress des passagers et prendre soin de ceux qui paniquent… et éviter d'avoir à faire demi-tour pour le débarquer.

On n'est pas tous égaux face au stress en avion. Certains sont très sereins et vont s'endormir dès le décollage tandis que des phobiques vont passer des heures sombres à tressauter à la moindre vibration. Et -entre les deux- on a juste des gens qui ne sont pas très rassurés d'être 10.000 mètres au-dessus du sol.

Évidemment, ce sujet intéresse beaucoup les compagnies aériennes qui s'impliquent dans les projets visant à lutter contre cette phobie. A l'exemple du FlightBeat, fruit d'une collaboration entre KLM, petite soeur néerlandaise d'Air France, l'équipementier Zodiac et des étudiants de l'université technologique de Delft au Pays-Bas.

Ces sièges d'avions intelligents mesurent en temps réel en vol le niveau de stress des passagers. Ils sont équipés de petits capteurs électroniques, qui mesurent notamment le rythme cardiaque qui constitue un bon indicateur du niveau de stress. Ces informations sont ensuite envoyées vers une tablette consultable par les hôtesses de l'air et les stewards qui peuvent ainsi se faire une idée du niveau de stress des passagers phobiques.

Des codes couleurs indiquent leur état de nervosité. Ce qui permet au personnel navigant de porter un œil plus attentif à tous les passagers qui semble mal vivre leur expérience de vol, en échangeant quelques mots et en proposant une boisson par exemple qui va les détendre.

-
- © -

Choisir le meilleur moment pour éteindre la lumière

Certes, ce dispositif ne diminue pas la peur. Mais le but est que cela ne dégénère pas, car pour les compagnies aériennes les crises d'angoisses des passagers peuvent conduire à un atterrissage d'urgence. Ce qui représente un coût.

Les FlightBeat permettent aussi de récupérer des informations pour augmenter le bien-être des passagers. Par exemple, en choisissant le meilleur moment pour éteindre les lumières, quand les indicateurs font remonter que le rythme cardiaque des passagers est en train de ralentir… autrement dit qu'ils sont en train de s'assoupir. Ces informations permettent aussi de voir quel type de film est le plus efficace pour détendre les passagers.

Il y a d'autres projets similaires. British Airways travaille sur des couvertures qui changeraient de couleur en fonction du stress et de l'humeur des passagers. 

Anthony Morel édité par C.C.