BFM Business

Carlos Ghosn: "Nous sommes sur une baisse de 8 à 9% du marché automobile européen"

Carlos Ghosn (à gauche) a également expliqué,à notre reporter Mathieu Sevin (à droite), que le diesel était actuellement "neutre" en matière de santé publique

Carlos Ghosn (à gauche) a également expliqué,à notre reporter Mathieu Sevin (à droite), que le diesel était actuellement "neutre" en matière de santé publique - -

Le PDG de Renault et Nissan, interviewé par BFM Business, ce mardi 5 mars, a maintenu sa prévision d’un marché en baisse de -3 à -5%. Mais les premiers indicateurs laissent entrevoir une fourchette bien plus basse.

Carlos Ghosn est un patron à la tête d’une entreprise en pleine mutation. Renault doit actuellement négocier plusieurs virages d’importance, entre un marché européen en pleine mutation, l’accord de compétitivité portant sur ses usines françaises, ainsi que le flou entourant la fiscalité du diesel.

Lors de la première journée d'ouverture du Salon automobile de Genève à la presse, ce mardi 5 mars, le PDG de Renault et Nissan a livré son analyse sur ces grands thèmes, à notre reporter Mathieu Sevin.

> L'évolution du marché automobile européen

"Il est difficile de prévoir ce qui va se passer dans les 10 prochains mois. Nous sommes partis sur une prévision pour le marché européen de -3% à 5%. Pour le moment nous voyons plutôt une baisse entre -8% et -9%

Mais deux mois seulement sont passés.Je conserve encore l’espoir que la casse sera limitée à -3% ou -5%. Nous allons observer de très près ce qui se passer en mars-avril".

> L'éventuelle hausse de la fiscalité du diesel

"Cela ne va pas dans le bons sens pour les constructeurs français, c’est sûr. Mais ce n’est pas à nous de décider. Nous suivons les directives des différents gouvernements et donnons notre avis.

Nous considérons ainsi que le diesel actuel, en matière de santé, est impeccable et répond à toutes les réglementations. Il y a un même avis de l’association de médecine française qui dit que le diesel actuel est neutre en matière de santé publique. Deuxième élément : s’il faut accroître la fiscalité, alors il faut répartir l’effort sur les différentes types de carburant, et non pas en singularisant le diesel".

> La création d'une prime de reconversion pour les véhicules diesel

"Ce n’est pas la solution miracle mais c’est une bonne idée. Si le problème est effectivement un problème de santé publique, alors autant favoriser la sortie des diesels anciens qui n’avaient pas les technologies les plus récentes pour permettre de neutraliser les émissions. Et donc de favoriser l’achat de diesel neuf".

> La rémunération des grands patrons et le référendum suisse

"Les Suisses ont voté pour dire que l’Assemblée des actionnaires doit voter ces rémunérations. Cela me paraît naturel. Personnellement j’y suis très favorable. Autant demander à ceux qui payent, c’est-à-dire les actionnaires, de voter. Le chef d’entreprise se sentirait plus à l’aise si sa rémunération était décidée par ceux-ci".

BFMbusiness.com