BFM Business

Autoroutes gratuites pour les électriques: Royal a-t-elle parlé trop vite?

Ségolène Royal a assuré que la gratuité des autoroutes pour les véhicules électriques était "en discussion".

Ségolène Royal a assuré que la gratuité des autoroutes pour les véhicules électriques était "en discussion". - Remy Gabalda - AFP

La ministre de l’Environnement, qui a assuré ce samedi avoir "demandé aux sociétés d'autoroutes la gratuité pour les véhicules électriques", pourrait se heurter à des problèmes techniques et juridiques.

Les déclarations de Ségolène Royal, ce samedi à la sortie du Conseil des ministres, semblent avoir en avoir surpris certains. Dans la foulée d'un pic de pollution atmosphérique, la ministre de l'Environnement Royal a en effet présenté une série de mesures parmi lesquelles l'extension aux utilitaires légers d'un bonus pour l'achat de modèles électriques. Mais a aussi assuré avoir demandé aux sociétés d'autoroutes la gratuité pour les véhicules électriques". "C'est en discussion,"a-t-elle précisé.

Problème: l'État n'est pas encore intervenu auprès des sociétés d'autoroutes, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, tout en relevant la difficulté de mettre en oeuvre un tel dispositif.

"Juridiquement et contractuellement, une telle mesure n'irait pas de soi"

"Techniquement, aujourd'hui le système de péage et le système d'identification des véhicules ne permet pas de faire la distinction entre moteur thermique et électrique", a remarqué cette source, que l’on imagine proche des sociétés d’autoroutes.

"Juridiquement et contractuellement, une telle mesure n'irait évidemment pas de soi, comme pour toute mesure qui a un impact sur l'équilibre des contrats" de concession liant les SCA et l'État, a-t-elle encore souligné en pointant le fait que "l'État ne pratique pas lui-même la gratuité pour les véhicules électriques sur son propre réseau".

Pour rappel, l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa) a récemment annoncé que 200 bornes de recharge rapide étaient installées ou en cours d'installation a échéance 2017 sur les principales autoroutes françaises, tous les 80 kilomètres en moyenne.

Y.D. avec AFP