BFM Business

Airbus Group vend 123 hélicoptères à la Chine

Airbus a indiqué que les appareils vendus seront utilisés dans le cadre de missions de services publics.

Airbus a indiqué que les appareils vendus seront utilisés dans le cadre de missions de services publics. - -

Le groupe a annoncé ce lundi 7 juillet, en marge de la visite officielle d'Angela Merkel en Chine, avoir signé la vente de 123 appareils à trois groupes chinois. Le montant n'a pas été dévoilé.

Les contrats commerciaux sino-allemands continuent de ponctuer la rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et le président chinois Li Keqiang, ce lundi 7 juillet.

Après Volkswagen ce matin, Airbus Helicopters (ex-Eurocopter), filiale d'Airbus Group spécialisée dans les hélicoptères civiles et militaires, a ainsi annoncé ce même lundi la vente de 123 appareils civils à trois entreprises chinoises.

Airbus, qui n'a pas dévoilé le montant des contrats, a indiqué que ces appareils seraient utilisés dans "des missions de services publics, de transport de passagers, d'aviation d'affaires, d'urgences médicales et d'opérations de recherches".

Des assouplissements bénéfiques des règlements chinois

Dans le détail, la première de ces trois entreprises, Fujian Xinmei, acquerra cinq AS350 B3e, des hélicoptères légers polyvalents de la gamme Ecureuil, qui lui seront livrés cette année, précise Airbus Helicopters.

La même société s'est engagée pour 50 hélicoptères supplémentaires, à la fois des monomoteurs et des bimoteurs, au sein d'une commande qui se concrétisera "au cours des six prochaines années".

De son côté, Guangdong Baiyun a commandé 50 hélicoptères, dont des EC135 (bimoteur léger polyvalent). Le premier de ces appareil sera livré d'ici fin 2014, et les suivants au cours des cinq prochaines années, a précisé le communiqué. Enfin, Yunnan Fengxiang, société nouvellement créée, va acquérir 18 appareils AS350 B3e, qui seront livrés sur les trois prochaines années.

"Il est évident que l'assouplissement des règlements chinois sur l'espace aérien de basse altitude permet au marché de l'hélicoptère dans le pays, en plein essor, de concrétiser son potentiel", s'est réjoui Guillaume Faury, patron d'Airbus Helicopters, cité dans le communiqué.

J.M. avec AFP