BFM Business

Air France: "près de 75%" des vols assurés ce mardi

-

- - Eric Piermont - AFP

La direction d'Air France prévoit d'assurer "près de 75%" des vols ce mardi, indique un porte-parole de la compagnie aérienne.

Trois vols Air France sur quatre décollent en moyenne ce mardi au onzième jour d'une grève pour les salaires, menée par onze syndicats de tous métiers, prêts à de nouveaux arrêts de travail au mois de mai. 

Dans le détail, 70% des vols long-courriers, 65% des moyen-courriers au départ et vers Roissy, et 80% des court-courriers à Orly et en régions seront maintenus, précise le groupe.

Le taux de grévistes estimé à partir des déclarations préalables (loi Diard), est de 27,2% pour les pilotes, 19,9% pour les personnels navigants commerciaux (PNC, hôtesses et stewards), et 15,6% pour les agents au sol. Mais seuls 4,4% des agents au sol étaient en grève lundi, a précisé un porte-parole.

65% de long-courriers ce lundi

Cette catégorie du personnel fait grève seulement quelques heures et non sur une journée complète, explique Karim Taïbi de Force ouvrière. Le pourcentage communiqué agrège ces différentes heures de grève pour les convertir en "équivalents temps pleins", ce qui minore la participation, selon lui.

Dans son communiqué, Air France précise que le programme de vols se déroule lundi "conformément aux prévisions", soit 65% de vols long-courriers maintenus, un taux identique pour les moyen-courriers et 85% pour les court-courriers.

L'intersyndicale prévoit une poursuite du mouvement en mai

Pour sortir d'un conflit débuté le 22 février, la direction a soumis (sans succès) aux syndicats un projet d'accord prévoyant une augmentation générale des salaires de 2% en 2018, ainsi que 5% supplémentaires sur trois ans (2019-2021). Ils réclamaient initialement 6% immédiatement, au titre de "l'inflation subie" depuis 2011, date de la dernière revalorisation des grilles.

Le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, a décidé de soumettre le projet d'accord à la consultation de l'ensemble des salariés, à partir du 26 avril et jusqu'à "début mai". Cette initiative est un "coup de poker" du dirigeant qui participe au "contournement" les syndicats, selon l'Unac.

L'intersyndicale qui rassemble organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et Sud), a indiqué qu'elle se réunirait jeudi "pour annoncer à l'ensemble des salariés d'Air France les jours de grèves prévus début mai". Toutefois, ses représentants pourraient se rencontrer dès mardi matin à Roissy, avant le rassemblement prévu à 11H00 dans le siège de la compagnie, selon une source syndicale. Quant aux négociations avec les seuls syndicats de pilotes (SNPL et Spaf), elles sont pour l'heure mises en suspens.

Air France juge ses propositions "équilibrées"

"De façon très surprenante, la direction d'Air France ne négocie pas pendant les grèves, prétextant devoir s'occuper de gérer la grève plutôt que d'essayer de l'interrompre", a commenté Grégoire Aplincourt, président du Spaf, deuxième syndicat de pilotes à Air France.

La direction de la compagnie aérienne met de son côté en avant les propositions déjà faites aux pilotes dans le cadre d'un accord qu'elle souhaite "équilibré".

Le texte pourrait satisfaire des revendications salariales "sur lesquelles nous avons déjà convergé (prime de commandement, majoration des heures supplémentaires, majoration de Noël)" tout en intégrant des "leviers de croissance" profitables à tous, "tels que l'évolution du protocole instructeur" ou "le développement de Transavia", a écrit dimanche au SNPL le DRH d'Air France, Gilles Gateau.

Y.D. avec AFP