BFM Business

A Toulouse, Hyperloop TT installe un tube géant pour son train du futur

La société américaine a reçu à Toulouse les premiers tubes du futur tunnel de test de son hyperloop. D'un diamètre de quatre mètres, ils formeront au sol la piste d'essai de 320 mètres de ce moyen de transport rapide. Une deuxième piste d'un kilomètre, surélevée sur des pylônes, est prévue.

Le projet futuriste d'Hyperloop Transportation Technologies qui développe le train à 1200 km/h imaginé par Elon Musk, prend corps. La société américaine a réceptionné le premier ensemble de tubes qui seront assemblés en tunnel à l'air libre, dans son centre de recherche installé à Toulouse Francazal, une ancienne base aérienne militaire.

D’un diamètre intérieur de 4 mètres, ces énormes éléments d'acier mesurent, chacun, 40 mètres de long et pèsent 65 tonnes. Ils forment la première phase du projet consistant à installer une piste d'essai constituée d'une système fermé posé au sol et long de de 320 mètres. Celui-ci doit être opérationnel dès cette année pour évaluer ce mode de transport véhiculant des capsules circulant à très grande vitesse à l'intérieur de tubes.

Une deuxième piste d'essai d'1 km sera surélevée par des pylônes

Au total, dans les prochaines semaines, "six autres convois identiques vont sillonner les routes de la région pour acheminer les autres tubes nécessaires à l'assemblage de la piste", explique le quotidien régional La Dépêche. Une fois assemblé, cet ensemble servira à tester et valider le concept de transport par capsules, qui circuleront à 1200 km/heure dans un tube à basse pression,

Un second système d'essais grandeur nature sera installé, cette fois-ci sur une distance d'un kilomètre et surélevé par des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres. Il devrait être achevé en 2019.

Les deux systèmes sont évolutifs et seront utilisés par HyperloopTT et ses partenaires. La capsule destinée aux passagers, en cours de finition en Espagne dans les ateliers de la société Carbures, un partenaire industriel de Boeing et Airbus, devrait être livrée à Toulouse cet été. Ces wagons du futur feront 30 mètres de long, 2,7 mètres de diamètre et pèseront 2 tonnes.

Plusieurs États américains ont accepté de financer une étude de faisabilité d'une ligne dans la région des grands lacs avec les capsules filant à 1200 km/h, étude à laquelle participe Hyperloop TT.

Frédéric Bergé