BFM Business

30 maires américains défient Donald Trump sur le changement climatique

30 municipalités ont envoyé aux constructeurs un appel d'offres pour produire 114.000 véhicules afin d'équiper la police, les pompiers, et le ramassage des déchets.

30 municipalités ont envoyé aux constructeurs un appel d'offres pour produire 114.000 véhicules afin d'équiper la police, les pompiers, et le ramassage des déchets. - Justin Sullivan - Getty Images North America/AFP

En réponse à la décision de Donald Trump de revenir sur les normes de consommation imposées aux constructeurs automobiles, les maires de 30 villes américaines annoncent qu’elles comptent investir 10 milliards de dollars pour s’équiper de véhicules électriques.

En décidant de revoir les normes de consommation imposées aux constructeurs automobiles, Donald Trump n’imaginait pas qu’il allait peut-être donner un coup d’accélérateur au marché des voitures électriques. Selon le site américain Auto News, une trentaine de villes américaines sont prêtes à dépenser 10 milliards de dollars pour s’équiper de véhicules non polluants. 

Les plus grandes villes du pays, parmi lesquelles San Francisco, Portland, Seattle, Boston, Denver, Kansas City, Houston, Los Angeles, New York et Chicago, font partie de ce front. Par la voix de leur représentant, Eric Garcetti, maire de Los Angeles, elles ont demandé à des constructeurs de leur indiquer le coût et la faisabilité pour produire 114.000 véhicules municipaux (police, pompiers, ramassage des déchets, transports de passagers…). Selon Auto News, ce parc représente l'équivalent de 72% des ventes de voitures électriques en 2016 aux États-Unis.

"Peu importe ce qui se passe à Washington"

Si c’est une bonne nouvelle pour l’environnement, pas sûr que les grands constructeurs apprécient l’opération. Pour expliquer leur lenteur à se lancer sur l’électrique, les représentants du secteur ont expliqué que le marché n’était pas assez mature.

L’administration Trump met en doute l'impact de la pollution sur le climat et veut alléger la réglementation environnementale qu’elle estime coûteuse et trop contraignante pour l'industrie. Sur ce point, le président américain est soutenu par General Motors, Ford Motor et Chrysler Fiat Automobiles qui estiment que les normes font grimper les coûts et que les voitures électriques ne reflètent pas les préférences de conduite des automobilistes.

Dans un courriel adressé à la presse, Matt Petersen, directeur du développement durable de Los Angeles, répond sèchement: "Peu importe ce que le président Trump fait ou ce qui se passe à Washington, les villes continueront à lutter contre le changement climatique".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco