BFM Business

Virgin prête à dépenser 1,8 milliard  pour s'offrir ce "Concorde" low-cost

-

- - Boom - BFM Business

"La compagnie de Richard Branson vient d'annoncer qu'elle avait signé une option pour acheter 10 exemplaires du futur avion supersonique conçu par Boom, une petite start-up américaine. Le jet en question permettrait de proposer des vols supersoniques à prix cassés. "

Qui va remporter la bataille des voyages supersoniques? Treize ans après l'arrêt du Concorde, les prétendants n'ont jamais été aussi nombreux. Mais si la plupart ont dans les cartons des projets de jets plus ou moins privés, une start-up américaine baptisée Boom veut proposer la vitesse du son pour tous... ou presque. Un projet qui a clairement séduit Richard Branson, le fondateur de Virgin Atlantic. La compagnie britannique vient d'annoncer la signature d'une option d'achat pour 10 exemplaires du jet conçu par Boom. Montant de cette possible acquisition: 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros). Et selon Boom, une autre compagnie se serait engagée sur une option de 15 avions pour 3 milliards de plus.

Mais pourquoi les grandes compagnies aériennes s'intéressent tant à Boom, une société quasiment inconnu il y a encore quelques mois? Tout simplement parce que le jeune avionneur a un positionnement plutôt original. "Nous parlons du premier jet supersonique que les gens pourront se payer", explique au Guardian Blake Scholl, le fondateur et directeur général de Boom. Et ce n'est pas de la science-fiction, nous sommes en train d'y travailler. Vous serez en mesure de voler de New York à Londres en trois heures et demi pour 5.000 dollars aller-retour (4.479 euros), ce qui représente à peu près le prix d'un vol en classe affaires." A titre de comparaison, le billet New-York/Paris sur le Concorde en fin de vie coûtait 8.100 euros, soit près du double. 

Un parcours à la Elon Musk

Et si le nom Boom n'est peut-être pas très heureux (il fait référence au "bang" sonique mais fait aussi penser à une bombe...), le projet a l'air plutôt sérieux. A 35 ans, Blake Scholl a fait une bonne partie de sa carrière chez Amazon où il était en charge du marketing digital. Il a ensuite créé la société Kima Labs spécialisée dans les applis de commerce revendue en 2012 à Groupon. De l'internet à l'aéronautique, un parcours qui n'est pas sans rappeler un certain Elon Musk...

Basée à Denver dans le Colorado, l'équipe de Boom est composée d'anciens ingénieurs de la Nasa, de Lockheed Martin et de Boeing. Un prototype entièrement conçu en fibre de carbone est en train d'être assemblé pour un premier vol d'essai prévu en 2017. En ce qui concerne l'exploitation commerciale, Scholl parle de "quelques années". 

La fibre de carbone pour moins consommer

Mais comment Boom compte réussir son pari d'un vol supersonique "abordable"? Tout simplement en utilisant des technologies actuelles. Alors que la plupart des projets de jets ultra-rapides relèvent un peu de la science-fiction, celui de Boom est lui bien plus réaliste. Il s'agira d'un petit avion de 40 places (20 rangées de deux places séparées par un couloir central) entièrement construit en fibre de carbone ce qui devrait lui permettre de consommer 30% de carburant en moins que le Concorde. Pour le reste il compte utiliser les technologies de motorisation disponibles sur le marché pour lui permettre d'atteindre la vitesse de 2.700 km/h (Mach 2,2) soit 200 de plus que le Concorde. "Je ne vous promets pas des vols à Mach 4, mais simplement un avion qui fonctionne et qui sera testé rigoureusement", assure Blake Scholl.

La société qui a déjà levé 2 millions de dollars auprès de riches investisseurs de la Silicon Valley cherche encore des fonds pour mettre au point son prototype. L'annonce de la signature des deux options des compagnies aériennes pour un montant de 5 milliards de dollars devrait à coup sûr convaincre les investisseurs.

Si Boom parvient à décoller, la compagnie ne compte pas s'arrêter là. Son fondateur, qui nourrit la frustration de ne jamais avoir pris le Concorde, veut démocratiser à terme le vol supersonique. "Je veux que les gens puissent se rendre partout dans le monde en moins de 5 heures pour 100 dollars", explique-t-il. Il s'y connait tout de même un peu en science-fiction le fondateur de Boom...

Frédéric Bianchi