BFM Business

Stéphane Richard: "La 5G arrivera d'ici à 2020-2021"

BFM Business

BFM Business - Stéphane Richard était l'invité de BFM Business

Candidat à sa propre réélection, le PDG d'Orange a, sur BFM Business, fait le point sur sa vision pour le groupe à moyen terme avec notamment le développement d'un internet "différent", notamment dans le cas de la voiture connectée.

Stéphane Richard souhaite rempiler à la tête d'Orange. Le PDG de l'opérateur télécom a annoncé la semaine dernière être candidat à sa propre succession pour effectuer ainsi un troisième mandat à la tête du groupe qu'il dirige depuis 2011.

"Le bilan est solide et la vision pour l'avenir et à la fois ambitieuse et réaliste", a-t-il plaidé sur BFM Business ce lundi. Sans donner d'objectif précis, il compte "accélérer la croissance du groupe" dans les années à venir, "un message positif", selon lui, "quand on voit d'où on vient".

Le réseau comme "socle"

Un objectif qui passera toujours par l'investissement dans le réseau, "le socle sur lequel on peut construire", affirme-t-il, même si cela ne doit pas être la "seule perspective". "Le réseau, il faut comprendre que c'est la raison d'être de notre présence dans le monde digital. L'économie du futur se digitalise à vitesse grand V et si nous sommes présents dans ce jeu incroyable c'est parce que nous fournissons la connectivité. Si on rate cette première marche on se casse la figure", détaille-t-il.

Stéphane Richard a ensuite été interrogé sur la fin de la neutralité du net, un principe qui veut que les flux sur les réseaux soient traités de manière égale sans discrimination. La fin de ce principe serait ainsi susceptible de créer un internet à plusieurs vitesses.

Pour Stéphane Richard néanmoins, l'abandon de la neutralité du net est "une obligation". Il estime que ce débat "est pollué par des considérations politiques. Parce que quand on dit neutralité du net on voit tout de suite la main des opérateurs qui viendrait fouiller les contenus et faire un tri entre le contenus".

Un internet à plusieurs vitesses

"Le sujet est qu'il y a certains usages, comme l'internet des objets, la voiture autonome ou toute une série de technologies à distance, qui vont nécessiter des internets particuliers en termes de latence, de vitesse. Donc il faudra qu'on soit capable de proposer à l'industrie, aux services, des internets avec des fonctionnalités et des puissances différentes", poursuit Stéphane Richard.

"Pour cela il faut qu'on nous laisse construire des infrastructures qui permettront de faire cela. Si demain on veut faire une opération complexe à distance, nous devons être capables de donner une qualité de connectivité qui n'a rien à voir avec celle nécessaire pour passer un coup de fil", affirme Stéphane Richard.

Interrogé sur l'échéance de cet internet à plusieurs vitesses, Stéphane Richard estime qu'il va "arriver vite". "C'est en tout cas consubstantiel à la 5G et la 5G ça va arriver pour nous à partir de 2020-2021", précise-t-il.

Introduire les activités africaines en Bourse

Sur le lancement d'Orange Bank, le PDG d'Orange s'est réjoui des performances de la néo-banque. "Elle poursuit son bonhomme de chemin", a-t-il déclaré avant de rappeler que 30.000 personnes avaient rejoint Orange Bank en 10 jours. "C'est un très bon chiffre, si vous regardez tous les démarrages de banques qu'il y a eu ces dernières années, c'est de loin le meilleur", a-t-il considéré ajoutant que "la dynamique ne faiblit pas". 

Il a également confirmé qu'Orange envisageait toujours d'introduire en Bourse ses activités africaines. "Nous avons créé un véhicule distinct dans cette idée. Cela peut passer par une cotation, une introduction en Bourse. C'est quelque chose auquel nous réfléchissons", a-t-il affirmé.

J.M.