BFM Business

Sony refuse de lâcher ses télévisions

Pour Sony, la TV "est l'appareil qui lie l'entreprise aux familles".

Pour Sony, la TV "est l'appareil qui lie l'entreprise aux familles". - David Becker - AFP

Cela fait 10 ans que la division TV de Sony est dans le rouge. Pour autant, le japonais ne veut pas renoncer à cette activité.

Sony persiste et signe. Le fleuron japonais de l'électronique ne renoncera pas à son activité de TV, malgré l'ancrage de cette division dans le rouge depuis dix ans, a déclaré à la presse nippone son PDG Kazuo Hirai "Il est nécessaire de poursuivre" la fabrication de téléviseurs, a-t-il expliqué selon les propos rapportés entre autres par le quotidien économique Nikkei.

Sony a placé dans une société à part cette activité pour lui donner plus de dynamique et mieux superviser indépendamment ses comptes. Toutefois, a insisté Kazuo Hirai, "créer une société séparée ne signifie pas la volonté de s'en défaire un jour".

Selon lui, "même si la situation du secteur n'a pas changé et reste difficile, pour Sony qui ne propose pas de produits électroménagers, la TV est l'appareil qui lie l'entreprise aux familles".

En outre, pour la première fois en 11 ans, l'activité devrait revenir dans le vert durant l'exercice actuel qui sera terminé fin mars, selon les dirigeants de Sony. Le schéma d'une plus grande autonomie de gestion et d'une responsabilité plus forte choisi pour les TV (et avant elles, pour les mobiles, les jeux, le cinéma, la musique ou les services financiers) sera reproduit pour plusieurs autres activités, avait prévenu la semaine passée Kazuo Hirai.

Développer des produits faciles à utiliser

Est concernée en premier lieu la division des instruments audio qui s'oriente vers une ligne plus restreinte et plus haut de gamme. "Dans un monde où les appareils électroniques deviennent des consommables, comment devons-nous réagir ?", s'est interrogé Kazuo Hirai.

Selon lui, la solution réside dans les investissements pour développer des produits faciles à utiliser mais dont les spécifications soient élevées et l'esthétique léchée afin que les clients "s'y attachent et aient envie de les montrer à leurs amis", comme ce fut le cas dans le passé.

Et de citer en exemple son plus récent Walkman, le NW-ZX2, un produit très onéreux (environ 1.000 euros) mais qui, grâce à une finition soignée et à la qualité "haute-résolution audio" (supérieure à celle du CD) que promeut Sony à tout-va, ce baladeur "touche la sensibilité" des audiophiles, selon Kazuo Hirai. Cette capacité de susciter une sorte d'attachement sentimental envers des produits, Sony l'avait au départ (tout comme l'américain Apple aujourd'hui).

"Nous l'avions peut-être perdue un temps, mais nous devons la remontrer encore et encore", a souligné Kazuo Hirai. Il réaffirme en outre sa volonté de privilégier la rentabilité durable sur la quête des parts de marché en volume, en concentrant ses forces sur les domaines les plus porteurs et réduisant les risques encourus sur les activités les plus volatiles.

D. L. avec AFP