BFM Business

Smartphone : Alibaba mise sur Meizu pour affronter Apple et Google

Alibaba pourra-t-il se faire une place face à la domination actuelle d'Android avec Samsung et à celle d'Apple ?

Alibaba pourra-t-il se faire une place face à la domination actuelle d'Android avec Samsung et à celle d'Apple ? - Xaume Olleros (AFP)

Le géant chinois a décidé de soutenir son compatriote Meizu avec un investissements de 590 millions de dollars annoncé ce 9 février. Le but : créer un écosystème capable de faire face aux géants californiens.

Le succès d’Apple ne ravit pas tout le monde. En tout cas, pas les géants chinois de l’Internet, parmi lesquels Alibaba. Le groupe, déjà en concurrence frontale contre Amazon, vient de dévoiler un investissement de 590 millions de dollars (soit 521 millions d'euros) à destination de son compatriote Meizu Technology, un fabricant de smartphones.

L’objectif affiché: renforcer sa présence dans l'internet mobile. L'opération permettra au groupe de Jack Ma de devenir actionnaire minoritaire de Meizu Technology Corp. Ce dernier avait annoncé en octobre sa décision de recourir pour ses appareils à un système d'exploitation développé par une branche d'Alibaba, baptisé YunOS.

A la suite de son investissement, "Alibaba fournira à Meizu ressources et soutien dans les domaines du commerce électronique, de l'internet mobile et de l'analyse de données afin de développer l'écosystème de ses smartphones", explique un communiqué commun.

YunOS, une alternative chinoise à Android ?

Une association mutuellement bénéfique puisque les plateformes de vente d'Alibaba "deviendront des canaux de distribution" privilégiés pour les smartphones de Meizu. "Cela représente une importante avancée dans notre stratégie d'ensemble, alors que nous nous efforçons d'apporter un large éventails d'options et d'expériences sur mobiles", a insisté Wang Jian, responsable des opérations technologiques d'Alibaba, cité par le communiqué.

Meizu, fondé en 2003 et basé à Zhuhai (sud de la Chine), a profité de l'explosion des ventes de smartphones en Chine ces dernières années, mais il ne fait pas pour autant partie des cinq premiers fabricants chinois du secteur. Sur ce marché local très fragmenté, plusieurs sociétés chinoises --tels Xiaomi ou Lenovo-- se distinguent en proposant des smartphones bien moins onéreux que ceux du sud-coréen Samsung ou de l'américain Apple, et la plupart de leurs modèles tournent avec le système Android.

De son côté, Alibaba, à l'heure où la concurrence s'aiguise sur l'internet chinois, mise beaucoup sur son système d'exploitation pour téléphones mobiles YunOS, mais qui pourrait peiner à trouver sa place face à la domination actuelle d'Android.

Le groupe chinois, qui a fait une entrée fracassante à la Bourse de New York mi-septembre, cherche à accélérer la diversification de ses activités et sa base d'usagers, notamment via une plus forte implication dans le monde des smartphones et de l'internet nomade.

Il avait annoncé mi-janvier avoir racheté AdChina, l'un des acteurs clef du marketing numérique en Chine, afin d'étendre ses activités au secteur lucratif de la publicité sur internet... et sur smartphone. De même, il avait dévoilé fin janvier un investissement dans la start-up israélienne Visualead, fournisseur de technologies de "codes QR" à destination des smartphones.

P.S. avec AFP